Archives par étiquette : Benveniste Émile

Enquêter sur le sujet, avec Benveniste

Comme nous l’avons indiqué dans notre projet de thèse, notre recherche s’intéresse aux potentialités de l’atelier de littératures en termes de modes de subjectivation des apprenants en classe de langue. Engager une telle recherche pratique signifie aussi construire théoriquement l’atelier de littérature sous la forme d’une configuration de notions qui doivent beaucoup, pour ce qui est de leur inscription dans le champ linguistique, aux travaux d’Émile Benveniste : énonciation, sujet, subjectivité, intersubjectivité. Nous proposons de relire/relier ici quelques passages du tome I des Problèmes de linguistique générale [1] (désormais PLG I). Contrairement à ce que nous avions imaginé a priori, les passages intéressant le langage en action ou le discours du sujet ne sont pas cantonnés à la partie V (« L’homme dans la langue »), ils sont disséminés tout au long de l’ouvrage et concernent plusieurs chapitres. Cette lecture, nous l’avons effectuée avec un esprit de quête, voire d’enquête, à la recherche du sujet dans et par le langage – fiction de lecteur qui a participé à rendre plus attrayante la découverte des PLG I. Ajoutons, pour compléter la présentation de ces notes, que nos lectures de Benveniste ont pour but de préparer celles d’Henri Meschonnic (notamment sa Critique du rythme, anthropologie historique du langage [2]). Bien sûr, des lectures de lectures de Benveniste sont aussi au programme…

« Langue, culture, personnalité »

Dans ses « Tendances récentes en linguistique générale » qui forment le chapitre 1 des PLG, Benveniste, après un rappel saussurien sur la dichotomie signifiant/signifié, signale que « le langage est aussi fait humain ; il est, dans l’homme, le lieu d’interaction de la vie mentale et de la vie culturelle, et en même  temps l’instrument de cette interaction. » [3] Avec pour conséquence, la proposition suivante : « Une autre linguistique pourrait s’établir sur les termes de ce trinôme : langue, culture, personnalité. » La présence de ce troisième terme, personnalité, nous a quelque peu intrigué dans la mesure où, si désormais l’on rencontre couramment la formulation didactique des langues-cultures, le vocable personnalité ne semble guère avoir eu le même destin que l’association des deux premiers. Or, sans présumer de son acception exacte dans l’emploi que Benveniste en fait, il reste qu’en didactique des langues-cultures, le communicationnel à tout crin favorise souvent des interactions de classe dépersonnalisées – cela quel qu’en soit la personnalité des enseignants et des apprenants. Nous aurons l’occasion de revenir dans d’autres billets sur la question du conformisme de la classe de langue. Pour l’heure, revenons aux problèmes de Benveniste.

Dans le chapitre 7 (« Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne »), nous sommes tombé sur un passage remarquablement dense. À noter que nous y avons retrouvé notre curieux terme (personnalité). Nous y avons surtout rencontré pour la première fois les objets qui intéressent notre recherche – subjectivité, sujet, personnalité du sujet, intersubjectivité – dans une articulation (parfois équivoque) avec l’arborescence langage, langue, parole et discours : « En première instance, nous rencontrons l’univers de la parole, qui est celui de la subjectivité. Tout au long des analyses freudiennes, on perçoit que le sujet se sert de la parole et du discours pour se « représenter » lui-même, tel qu’il peut se voir, tel qu’elle appelle l’« autre » à le constater. Son discours est appel et recours, sollicitation parfois véhémente de l’autre à travers le discours où il se pose désespérément, recours souvent mensonger à l’autre pour s’individualiser à ses propres yeux. Du seul fait de l’allocution, celui qui parle de lui-même installe l’autre en soi et par là se saisit lui-même, se confronte, s’instaure tel qu’il aspire à être, et finalement s’historise en cette histoire incomplète ou falsifiée. Le langage est donc ici utilisé comme parole, converti en cette expression de la subjectivité instante et élusive qui forme la condition du dialogue. La langue fournit l’instrument d’un discours où la personnalité du sujet se délivre et se crée, atteint l’autre et se fait reconnaître de lui. Or la langue est structure socialisée, que la parole asservit à des fins individuelles et intersubjectives, lui ajoutant ainsi un dessin nouveau et strictement personnel. » [4] Les dynamiques discursives exprimées en termes de représentation, d’appel, de recours, de délivrance, de création, de falsification, d’historisation, d’action, retiennent évidemment l’attention.

Force est de remarquer que la subjectivité chez Benveniste n’est pas le résultat d’une activité tranquille, elle résulterait d’une dynamique conflictuelle entre langue et parole : « La langue est système commun à tous ; le discours est à la fois porteur d’un message et instrument d’action. En ce sens, les configurations de la parole sont chaque fois uniques, bien qu’elles se réalisent à l’intérieur et par l’intermédiaire du langage. Il y a donc antinomie chez le sujet entre le discours et la langue. »[5] Cette dernière phrase, surtout, résonne fort. Car d’une certaine manière, n’est-ce pas ce que l’enseignant de FLE éprouve à intervalles réguliers devant certaines difficultés rencontrées par des étudiants déjà bien pourvues de connaissances linguistiques mais qui ont du mal à mettre la langue en action, à produire des discours qui seraient le fruit de subjectivations abouties.

Le langage en action : de la phrase au discours

Dans le chapitre 10 (« Les niveaux de l’analyse linguistique »), quelques rappels d’importance (pour nous) qui inscrivent les notions de phrase et de discours dans un continu de subjectivation. « La phrase, création indéfinie, variété sans limite, est la vie même du langage en action. Nous en concluons qu’avec la phrase on quitte le domaine de la langue comme système de signes, et l’on entre dans un autre univers, celui de la langue comme instrument de communication, dont l’expression est le discours. » [6] Phrase et discours sont présentés comme « deux univers différents, bien qu’ils embrassent la même réalité », avec pour conséquence qu’ils « donnent lieu à deux linguistiques différentes, bien que leurs chemins se croisent à tout moment. » En résumé, selon Benveniste, « il y a d’un côté la langue, ensemble de signes formels, dégagés par des procédures rigoureuses, étagés en classes, combinés en structures et en systèmes, de l’autre, la manifestation de la langue dans la communication vivante » [7]. Comme indiqué plus haut, phrase et discours doivent cependant être appréhendés en tant que continu qui participe du procédé de subjectivation : « La phrase appartient bien au discours. C’est même par là qu’on peut la définir : la phrase est l’unité du discours. Nous en trouvons confirmation dans les modalités dont la phrase est susceptible : on reconnait partout qu’il y a des propositions assertives, des propositions interrogatives, des propositions impératives, distinguées par des traits spécifiques de syntaxe et de grammaire, tout en reposant identiquement sur la prédication. Or ces trois modalités ne font que refléter les trois comportements fondamentaux de l’homme parlant et agissant par le discours sur son interlocuteur : il veut lui transmettre un élément de connaissance, ou obtenir de lui une information, ou lui intimer un ordre. Ce sont les trois fonctions interhumaines du discours qui s’impriment dans les trois modalités de l’unité de phrase, chacune correspondant à une attitude du locuteur. » [8] Cette présentation des modalités de la phrase et des fonctions interhumaines du discours ne dessine-t-elle pas comme les pointillés originels de démarcation entre la linguistique structurale et la linguistique de l’énonciation ?

Dans « Les relations de temps dans le verbe français » (chapitre 19), Benveniste approfondit (resserre) sa définition du discours, notamment à travers la distinction de deux « types d’énonciation » : le discours et l’énonciation (ou récit) historique ‒ dont le temps fondamental serait l’aoriste, « temps de l’événement hors de la personne d’un narrateur » (p. 241). Dans le récit historique, « personne ne parle ici ; les événements semblent se raconter eux-mêmes » (p. 241). Qu’entend Benveniste par discours ? La réponse est précise : « Il faut entendre discours dans sa plus large extension : toute énonciation supposant un locuteur et un auditeur, et chez le premier l’intention d’influencer l’autre en quelque manière. C’est d’abord la diversité des discours oraux de toute nature et de tout niveau, de la conversation triviale à la harangue la plus ornée. Mais c’est aussi la masse des écrits qui reproduisent des discours oraux ou qui en empruntent le tour et les fins : correspondances, mémoires, théâtre, ouvrages didactiques, bref tous les genres où quelqu’un s’adresse à quelqu’un, s’énonce comme locuteur et organise ce qu’il dit dans la catégorie de la personne. La distinction que nous faisons entre récit historique et discours ne coïncide donc nullement avec celle entre langue écrite et langue parlée. L’énonciation historique est réservée aujourd’hui à la langue écrite. Mais le discours est écrit autant que parlé. Dans la pratique, on passe de l’un à l’autre instantanément. Chaque fois qu’au sein d’un récit historique apparaît un discours, quand l’historien par exemple reproduit les paroles d’un personnage ou qu’il intervient lui-même pour juger les événements rapportés, on passé à un autre système temporel, celui du discours. Le propre du langage est de permettre ces transferts instantanés. » [9]

Dans le chapitre 20 (« La nature des pronoms »), Benveniste propose diverses considérations sur les pronoms qui, selon lui, ont d’abord à voir avec le langage, c’est-à-dire qu’ils seraient avant tout un « fait de langage » avant d’être fait de langue : « (…) toutes les langues possèdent des pronoms, et dans toutes on les définit comme se rapportant aux mêmes catégories d’expression (pronoms personnels, démonstratifs, etc.). L’universalité de ces formes et de ces notions conduit à penser que le problème des pronoms est à la fois un problème de langage et un problème de langues, ou mieux, qu’il n’est un problème de langues que parce qu’il est d’abord un problème de langage. C’est comme fait de langage que nous le poserons ici, pour montrer que les pronoms ne constituent pas une classe unitaire, mais des espèces différentes selon le mode de langage dont ils sont les signes. » [10] Ce que Benveniste cherche à montrer en rappelant que les pronoms constituent avant tout un « problème de langage », c’est que ces « signes » jouent un rôle premier dans l’activité discursive : « Les uns appartiennent à la syntaxe de la langue, les autres sont caractéristiques de ce que nous appellerons les « instances de discours », c’est-à-dire les actes discrets et chaque fois uniques par lesquels la langue est actualisée en parole par un locuteur. » [11] Reste la question de savoir si la différenciation ou la démarcation opérée par Benveniste entre pronoms « syntaxiques » et pronoms « instances de discours » est si nette.

Subjectivité et langage

Les passages précédents préparent en quelque sorte l’entrée en scène de la subjectivité. En effet, c’est dans le chapitre 21 (« De la subjectivité dans le langage ») que Benveniste en vient précisément aux notions de sujet et de subjectivité. Détour préalable par la défiance vis-à-vis de la comparaison langage et instrument : « Tous les caractères du langage, sa nature immatérielle, son fonctionnement symbolique, son agencement articulé, le fait qu’il a un contenu, suffisent déjà à rendre suspecte cette assimilation à un instrument, qui tend à dissocier de l’homme la propriété du langage. Assurément, dans la pratique quotidienne, le va-et-vient de la parole suggère un échange, donc une « chose » que nous échangerions, elle semble donc assumer une fonction instrumentale ou véhiculaire que nous sommes prompts à hypostasier en un « objet ». Mais, encore une fois, ce rôle revient à la parole. » [12] Pour Benveniste, le langage n’est donc pas un instrument, c’est la parole qui assume une fonction instrumentale : « Une fois remise à la parole cette fonction, on peut se demander ce qui la prédisposait à l’assurer. Pour que la parole assure la « communication », il faut qu’elle y soit habilitée par le langage, dont elle n’est que l’actualisation. En effet, c’est dans le langage que nous devons chercher la condition de cette aptitude. Elle réside, nous semble-t-il, dans une propriété du langage, peu visible sous l’évidence qui la dissimule, et que nous ne pouvons encore caractériser que sommairement. » [13]  La fonction véhiculaire ou communicative de la parole est permise par l’une des grandes propriétés du langage que Benveniste présente sous la forme de deux apports d’importance ‒ c’est nous qui soulignons en gras : « C’est dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet ; parce que le langage seul fonde en réalité, dans sa réalité qui est celle de l’être, le concept d’« ego ». » [14]

Benveniste propose juste après une définition plurielle de la subjectivité : « La subjectivité dont nous traitons ici est la capacité du locuteur à se poser comme « sujet ». Elle se définit, non par le sentiment que chacun éprouve d’être lui-même (ce sentiment, dans la mesure où l’on peut en faire état, n’est qu’un reflet), mais comme l’unité psychique qui transcende la totalité des expériences vécues qu’elle assemble, et qui assure la permanence de la conscience. Or tenons que cette « subjectivité », qu’on la pose en phénoménologie ou en psychologique, comme on voudra, n’est que l’émergence dans l’être d’une propriété fondamentale du langage. Est « ego » qui dit « ego ». Nous trouvons là le fondement de la « subjectivité », qui se termine par le statut linguistique de la « personne ». » [15]

Toutefois, présentée comme l’activité principale du langage, la subjectivité du sujet selon Benveniste n’advient pas par elle-même, seule dans son coin : elle implique un contraste des consciences, une intersubjectivité visible par exemple dans la dialectique des pronoms : « La conscience de soi n’est possible que si elle s’éprouve par contraste. Je n’emploie je qu’en m’adressant à quelqu’un, qui sera dans mon allocution un tu. C’est cette condition de dialogue qui est constitutive de la personne, car elle implique en réciprocité que je deviens tu dans l’allocution de celui qui à son tour se désigne par je. C’est là que nous voyons un principe dont les conséquences sont à dérouler dans toutes les directions. Le langage n’est possible que parce que chaque locuteur se pose comme sujet, en revoyant à lui-même comme je dans son discours. De ce fait, je pose une autre personne, celle qui, tout extérieure qu’elle est à « moi », devient mon écho auquel je dis tu et qui me dit tu. La polarité des personnes, telle est dans le langage la condition fondamentale (…). » [16] En d’autres termes, selon Benveniste, les « vieilles antinomies du « moi » et de l’«autre », de l’individu et de la société » ne tiennent plus, car c’est dans une réalité dialectique englobant les deux termes et les définissant par relation mutuelle qu’on découvre le fondement linguistique de la subjectivité. En d’autres termes, tout ne part pas de moi.

La lecture de Benveniste permet de mieux comprendre en quoi subjectivité et langage sont liées. Mais est-ce à dire que le langage aurait comme un monopole de la subjectivité ? Un premier élément de réponse a déjà été donné par Benveniste à travers sa lecture de Freud (voir plus haut). Ici, réutilisant le concept d’instance de discours, Benveniste explique : « À quoi donc je se réfère-t-il ? À quelque chose de très singulier, qui est exclusivement linguistique : je se réfère à l’acte de discours individuel où il est prononcé, et il en désigne le locuteur. C’est un terme qui ne peut être identifié que dans ce que nous avons appelé ailleurs une instance de discours et qui n’a de référence qu’actuelle. La réalité à laquelle il renvoie est la réalité du discours. C’est dans l’instance de discours où je désigne le locuteur que celui-ci s’énonce comme « sujet ». Il est donc vrai à la lettre que le fondement de la subjectivité est dans l’exercice de la langue. (…) » [17] Plus loin, Benveniste redit à peu près la même chose : « Le langage est donc la possibilité de la subjectivité, du fait qu’il contient toujours les formes linguistiques appropriées à son expression, et le discours provoque l’émergence de la subjectivité, du fait qu’il consiste en instances discrètes. (…) » [18] Selon lui – et cette remarque revêt une importance dans le champ de la didactique des langues, c’est la subjectivité qui permettrait l’appropriation entière (véritable ?) de la langue : « Le langage est ainsi organisé qu’il permet à chaque locuteur de s’approprier la langue entière en se désignant comme je. » [19]

OM


[1] BENVENISTE E. (1966). Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”.
[2] MESCHONNIC H. (2009). Critique du rythme. Une anthropologie historique d langage (1982). Paris : Verdier, « Poche ».
[3]  « Tendances récentes en linguistique générale »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 16
[4]  « Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. Pp. 77-78
[5]  Ibid.
[6]  « Les niveaux de l’analyse linguistique »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. Pp. 129-130
[7]  Ibid.
[8]  Ibid.
[9] « Les relations de temps dans le verbe français »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 242
[10] « La nature des pronoms »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 251
[11] Ibid.
[12] « De la subjectivité dans le langage »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. Pp. 259-260
[13] Ibid.
[14] Ibid.
[15] Ibid.
[16] « De la subjectivité dans le langage »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 260
[17] « De la subjectivité dans le langage »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. Pp. 261-262
[18] « De la subjectivité dans le langage »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 263
[19] « De la subjectivité dans le langage »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 262

[Problèmes de linguistique générale, I. Brut de lecture.]

Notes brutes. Brut de lecture. Le signe — indique un changement de chapitre. Voir billet Enquêter sur le sujet, avec Benveniste pour une relecture synthétique.

[L’univers et la langue.]
« Nous pensons un univers que notre langue a d’abord modelé. Les variétés de l’expérience philosophique ou spirituelle sont sous la dépendance inconsciente d’une classification que la langue opère du seul fait qu’elle est langue et qu’elle symbolise. » [1]

[Rappel saussurien puis signalement d’un « trinôme langue-culture-personnalité ». Le troisième mot nous intéresse.]
« Le langage a d’abord ceci d’éminemment distinctif qu’il s’établit toujours sur deux plans signifiant et signifié. (…) Mais le langage est aussi fait humain ; il est, dans l’homme, le lieu d’interaction de la vie mentale et de la vie culturelle, et en même  temps l’instrument de cette interaction. Une autre linguistique pourrait s’établir sur les termes de ce trinôme : langue, culture, personnalité. » [2]
[On parle désormais couramment de didactique des langues-cultures. Et la personnalité ?]

[Rappel langue et société.]
« Car le langage se réalise toujours dans une langue, dans une structure linguistique définie et particulière. Langue et société ne se conçoivent pas l’une sans l’autre. L’une et l’autre sont données. Mais aussi l’une et l’autre sont apprises par l’être humain, qui n’en possède pas la connaissance innée. L’enfant nait et se développe dans la société des hommes. » [3]

[À propos du signe linguistique, lien signifiant-signifié nécessaire et non pas arbitraire.]
« Entre le signifiant et le signifié, le lien n’est pas arbitraire, il est nécessaire. (…) Comment en serait-il autrement ? Ensemble les deux ont été imprimés dans mon esprit ; ensemble ils s’évoquent en toute circonstance. (…) L’esprit ne contient pas de formes vides, de concepts innommés. » [4] (lire la suite aussi)

[Code de signaux et langage, abeilles et humains.]
« (…) L’ensemble de ces observations fait apparaitre la différence essentielle entre les procédés de communication découverts chez les abeilles et notre langage. Cette différence se résume dans le terme qui nous semble le mieux approprié à définir le mode de communication employé par les abeilles ; ce n’est pas un langage, c’est un code de signaux. Tous les caractères en résultent : la fixité du contenu, l’invariabilité du message, le rapport à une seule situation, la nature indécomposable de l’énoncé, sa transmission unilatérale. Il reste néanmoins significatif que ce code, la seule forme de « langage » qu’on ait pu jusqu’ici découvrir chez les animaux, soit propre à des insectes vivant en société. C’est aussi la société qui est la condition du langage. » [5]
[Donc les apprenants ne sont pas des abeilles !]

[Rappel salutaire sur langage, langues et essor de la pensée.]
« Aucun type de langue ne peut par lui-même et à lui seul ni favoriser ni empêcher l’activité de l’esprit.  L’essor de la pensée est lié bien plus étroitement aux capacités des hommes, aux conditions générales de la culture, à l’organisation de la société qu’à la nature particulière de la langue. Mais la possibilité de la pensée est liée à la faculté de langage, car la langue est une structure informée de signification, et penser, c’est manier les signes de la langue. » [6]

[Dans un chapitre où Benveniste s’intéresse à la fonction du langage dans la pensée freudienne, un passage dense à analyser : s’y rencontrent des objets qui intéressent notre recherche – subjectivité, personnalité du sujet, intersubjectivité – dans  une articulation précise et minutieuse avec les notions de langue, de parole et de discours. Des dynamiques discursives exprimées en termes de représentation, d’appel, de recours, de délivrance, de création, de falsification, d’historisation, d’action, y sont également répertoriées qui retiennent l’attention.]
« En première instance, nous rencontrons l’univers de la parole, qui est celui de la subjectivité. Tout au long des analyses freudiennes, on perçoit que le sujet se sert de la parole et du discours pour se « représenter » lui-même, tel qu’il peut se voir, tel qu’elle appelle l’« autre » à le constater. Son discours est appel et recours, sollicitation parfois véhémente de l’autre à travers le discours où il se pose désespérément, recours souvent mensonger à l’autre pour s’individualiser à ses propres yeux. Du seul fait de l’allocution, celui qui parle de lui-même installe l’autre en soi et par là se saisit lui-même, se confronte, s’instaure tel qu’il aspire à être, et finalement s’historise en cette histoire incomplète ou falsifiée. Le langage est donc ici utilisé comme parole, converti en cette expression de la subjectivité instante et élusive qui forme la condition du dialogue. La langue fournit l’instrument d’un discours où la personnalité du sujet se délivre et se crée, atteint l’autre et se fait reconnaître de lui. Or la langue est structure socialisée, que la parole asservit à des fins individuelles et intersubjectives, lui ajoutant ainsi un dessin nouveau et strictement personnel. La langue est système commun à tous ; le discours est à la fois porteur d’un message et instrument d’action. En ce sens, les configurations de la parole sont chaque fois uniques, bien qu’elles se réalisent à l’intérieur et par l’intermédiaire du langage. Il y a donc antinomie chez le sujet entre le discours et la langue. » [7]

[Synthèse Benveniste sur structure et système.]
« Pour nous borner à l’emploi qui est généralement fait du mot « structure » dans la linguistique européenne de langue française, nous soulignerons quelques traits susceptibles d’en constituer une définition minimale. Le principe fondamental est que la langue constitue un système [apport de Saussure], dont toutes les parties sont unies par un rapport de solidarité et de dépendance. Ce système organise des unités, qui sont les signes articulés, se différenciant et se délimitant mutuellement. La doctrine structuraliste enseigne la prédominance du système sur les éléments, vise à dégager la structure du système à travers les relations des éléments, aussi bien dans la chaine parlée que dans les paradigmes formels, et montre le caractère organique des changements auxquels la langue est soumise. » [8]

[Tête de Méduse.]
« Voici que surgit le problème qui hante toute la linguistique moderne, le rapport forme : sens que maints linguistes voudraient réduire à la seule notion de la forme, mais sans parvenir à se délivrer de son corrélat, le sens. Que n’a-t-on tenté pour éviter, ignorer, ou expulser le sens ? On aura beau faire : cette tête de Méduse est toujours là, au centre de la langue, fascinant ceux qui la contemplent. » [9]

[Définitions forme et sens – d’une unité linguistique – par Benveniste.]
« La forme d’une unité linguistique se définit comme la capacité de se dissocier en constituants de niveau inférieur. Le sens d’une unité linguistique se définit comme sa capacité d’intégrer une unité de niveau supérieur. Formes et sens apparaissent ainsi comme des propriétés conjointes, données nécessairement et simultanément, inséparables dans le fonctionnement de la langue. (…) » [10]

[Quelques rappels d’importance. Phrase. Discours. Modalités de la phrase et fonctions interhumaines du discours. Pointillés originels entre linguistique structurale et linguistique énonciative.]
« La phrase, création indéfinie, variété sans limite, est la vie même du langage en action. Nous en concluons qu’avec la phrase on quitte le domaine de la langue comme système de signes, et l’on entre dans un autre univers, celui de la langue comme instrument de communication, dont l’expression est le discours.
Ce sont là vraiment deux univers différents, bien qu’ils embrassent la même réalité, et ils donnent lieu à deux linguistiques différentes, bien que leurs chemins se croisent à tout moment. Il y a d’un côté la langue, ensemble de signes formels, dégagés par des procédures rigoureuses, étagés en classes, combinés en structures et en systèmes, de l’autre, la manifestation de la langue dans la communication vivante.
La phrase appartient bien au discours. C’est même par là qu’on peut la définir : la phrase est l’unité du discours. Nous en trouvons confirmation dans les modalités dont la phrase est susceptible : on reconnait partout qu’il y a des propositions assertives, des propositions interrogatives, des propositions impératives, distinguées par des traits spécifiques de syntaxe et de grammaire, tout en reposant identiquement sur la prédication. Or ces trois modalités ne font que refléter les trois comportements fondamentaux de l’homme parlant et agissant par le discours sur son interlocuteur : il veut lui transmettre un élément de connaissance, ou obtenir de lui une information, ou lui intimer un ordre. Ce sont les trois fonctions interhumaines du discours qui s’impriment dans les trois modalités de l’unité de phrase, chacune correspondant à une attitude du locuteur. » [11]

[Définition du discours selon Benveniste – à travers la distinction des types d’énonciation entre discours et énonciation (ou récit) historique dont le temps fondamental serait l’aoriste, « temps de l’événement hors de la personne d’un narrateur » (p. 241). Dans le récit historique, « personne ne parle ici ; les événements semblent se raconter eux-mêmes » (p. 241).]
« Il faut entendre discours dans sa plus large extension : toute énonciation supposant un locuteur et un auditeur, et chez le premier l’intention d’influencer l’autre en quelque manière. C’est d’abord la diversité des discours oraux de toute nature et de tout niveau, de la conversation triviale à la harangue la plus ornée. Mais c’est aussi la masse des écrits qui reproduisent des discours oraux ou qui en empruntent le tour et les fins : correspondances, mémoires, théâtre, ouvrages didactiques, bref tous les genres où quelqu’un s’adresse à quelqu’un, s’énonce comme locuteur et organise ce qu’il dit dans la catégorie de la personne. La distinction que nous faisons entre récit historique et discours ne coïncide donc nullement avec celle entre langue écrite et langue parlée. L’énonciation historique est réservée aujourd’hui à la langue écrite. Mais le discours est écrit autant que parlé. Dans la pratique, on passe de l’un à l’autre instantanément. Chaque fois qu’au sein d’un récit historique apparaît un discours, quand l’historien par exemple reproduit les paroles d’un personnage ou qu’il intervient lui-même pour juger les événements rapportés, on passe à un autre système temporel, celui du discours. Le propre du langage est de permettre ces transferts instantanés. » [12]

[Détail intéressant. Le cas du discours indirect.]
« Indiquons par parenthèse que l’énonciation historique et celle de discours peuvent à l’occasion se conjoindre en un troisième type d’énonciation, où le discours est rapporté en termes d’événement et transposé sur le plan historique ; c’est ce qui est communément appelé « discours indirect ». » [13]

 —

[Quelques considérations sur les pronoms dont nous pourrons tirer profit ultérieurement.]
« (…) toutes les langues possèdent des pronoms, et dans toutes on les définit comme se rapportant aux mêmes catégories d’expression (pronoms personnels, démonstratifs, etc.). L’universalité de ces formes et de ces notions conduit à penser que le problème des pronoms est à la fois un problème de langage et un problème de langues, ou mieux, qu’il n’est un problème de langues que parce qu’il est d’abord un problème de langage. C’est comme fait de langage que nous le poserons ici, pour montrer que les pronoms ne constituent pas une classe unitaire, mais des espèces différentes selon le mode de langage dont ils sont les signes. Les uns appartiennent à la syntaxe de la langue, les autres sont caractéristiques de ce que nous appellerons les « instances de discours », c’est-à-dire les actes discrets et chaque fois uniques par lesquels la langue est actualisée en parole par un locuteur. » [14]

 

[Après avoir exprimé sa défiance vis-à-vis de la comparaison langage et instrument, Benveniste en vient aux notions de sujet et de subjectivité.]
« Tous les caractères du langage, sa nature immatérielle, son fonctionnement symbolique, son agencement articulé, le fait qu’il a un contenu, suffisent déjà à rendre suspecte cette assimilation à un instrument, qui tend à dissocier de l’homme la propriété du langage. Assurément, dans la pratique quotidienne, le va-et-vient de la parole suggère un échange, donc une « chose » que nous échangerions, elle semble donc assumer une fonction instrumentale ou véhiculaire que nous sommes prompts à hypostasier en un « objet ». Mais, encore une fois, ce rôle revient à la parole.
Une fois remise à la parole cette fonction, on peut se demander ce qui la prédisposait à l’assurer. Pour que la parole assure la « communication », il faut qu’elle y soit habilitée par le langage, dont elle n’est que l’actualisation. En effet, c’est dans le langage que nous devons chercher la condition de cette aptitude. Elle réside, nous semble-t-il, dans une propriété du langage, peu visible sous l’évidence qui la dissimule, et que nous ne pouvons encore caractériser que sommairement.
C’est dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet ; parce que le langage seul fonde en réalité, dans sa réalité qui est celle de l’être, le concept d’« ego ».
La subjectivité dont nous traitons ici est la capacité du locuteur à se poser comme « sujet ». Elle se définit, par le sentiment que chacun éprouve d’être lui-même (ce sentiment, dans la mesure où l’on peut en faire état, n’est qu’un reflet), mais comme l’unité psychique qui transcende la totalité des expériences vécues qu’elle assemble, et qui assure la permanence de la conscience. Or tenons que cette « subjectivité », qu’on la pose en phénoménologie ou en psychologique, comme on voudra, n’est que l’émergence dans l’être d’une propriété fondamentale du langage. Est « ego » qui dit « ego ». Nous trouvons là le fondement de la « subjectivité », qui se termine par le statut linguistique de la « personne ». » [15]

[La conscience de soi par contraste.]
« La conscience de soi n’est possible que si elle s’éprouve par contraste. Je n’emploie je qu’en m’adressant à quelqu’un, qui sera dans mon allocution un tu. C’est cette condition de dialogue qui est constitutive de la personne, car elle implique en réciprocité que je deviens tu dans l’allocution de celui qui à son tour se désigne par je. C’est là que nous voyons un principe dont les conséquences sont à dérouler dans toutes les directions. Le langage n’est possible que parce que chaque locuteur se pose comme sujet, en revoyant à lui-même comme je dans son discours. De ce fait, je pose une autre personne, celle qui, tout extérieure qu’elle est à « moi », devient mon écho auquel je dis tu et qui me dit tu. La polarité des personnes, telle est dans le langage la condition fondamentale (…). » [16]
[Benveniste rappelle à la suite de ces propos que les « vieilles antinomies du « moi » et de l’«autre », de l’individu et de la société » ne tiennent plus, car c’est dans une réalité dialectique englobant les deux termes et les définissant par relation mutuelle qu’on découvre le fondement linguistique de la subjectivité. En d’autres termes, tout ne part pas de moi.]

[Le langage aurait-il comme un monopole de la subjectivité ?]
« À quoi donc je se réfère-t-il ? À quelque chose de très singulier, qui est exclusivement linguistique : je se réfère à l’acte de discours individuel où il est prononcé, et il en désigne le locuteur. C’est un terme qui ne peut être identifié que dans ce que nous avons appelé ailleurs une instance de discours et qui n’a de référence qu’actuelle. La réalité à laquelle il renvoie est la réalité du discours. C’est dans l’instance de discours où je désigne le locuteur que celui-ci s’énonce comme « sujet ». Il est donc vrai à la lettre que le fondement de la subjectivité est dans l’exercice de la langue. (…) » [17]

[Appropriation de la langue entière par la subjectivité.]
« Le langage est ainsi organisé qu’il permet à chaque locuteur de s’approprier la langue entière en se désignant comme je. » [18]
[Le « domaine de la subjectivité » selon Benveniste concerne non seulement les pronoms personnels mais aussi, entre autres, toutes les autres classes de pronoms et les indicateurs de temporalité.]

[Langage et subjectivité, encore.]
« Le langage est donc la possibilité de la subjectivité, du fait qu’il contient toujours les formes linguistiques appropriées à son expression, et le discours provoque l’émergence de la subjectivité, du fait qu’il consiste en instances discrètes. (…) » [19]


[1]  « Tendances récentes en linguistique générale »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 6
[2] « Tendances récentes en linguistique générale »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 16
[3] « Coup d’œil sur le développement de la linguistique »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 29
[4] « Nature du signe linguistique »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 51
[5] « Communication animale et langage humain »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 62
[6] « Catégories de pensée et catégories de langue »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 74
[7] « Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. Pp. 77-78
[8] « « Structure » en linguistique »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 98
[9] « Les niveaux de l’analyse linguistique »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 126
[10] « Les niveaux de l’analyse linguistique »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. Pp. 126-127
[11] « Les niveaux de l’analyse linguistique »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. Pp. 129-130
[12] « Les relations de temps dans le verbe français »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 242
[13] « Les relations de temps dans le verbe français »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 242
[14] « La nature des pronoms »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 251
[15] « De la subjectivité dans le langage »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. Pp. 259-260
[16] « De la subjectivité dans le langage »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 260
[17] « De la subjectivité dans le langage »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. Pp. 261-262
[18] « De la subjectivité dans le langage »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 262
[19] « De la subjectivité dans le langage »,  in Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, “Tel”. P. 263

[BENVENISTE ET LES ABEILLES ]

Démarrer une thèse : une multitude de tâches inaugurales. Parmi elles, s’engager dans un parcours de lectures dont notre bibliographie provisoire n’équivaut nullement à un mode d’emploi. Pile de livres qui menace de s’écrouler sur nous. Premiers obstacles d’ordre méthodologique. Comment organiser toutes ces lectures ? Faut-il les hiérarchiser ? Décréter prioritaire telle lecture et secondaire telle autre ? Faut-il obligatoirement commencer par fouiller les champs de la didactique des langues ou de la littérature ? Faut-il repartir de la linguistique, discipline maternelle ? Faut-il se poser des questions commençant par « faut-il » ? Que faire du soi-disant hors-champ qui nous fait de l’oeil (sociologie, anthropologie) ? Et comment faire avec les classiques, ces ouvrages qui nous paraissent fondamentaux et dont nous avons toujours repoussé la lecture ? Premier réflexe : concevoir un programme détaillé et probablement indigeste. Pourquoi ne pas opter plutôt pour une solution de facilité : un parcours en étoile, imprévisible, où il s’agirait de lire plusieurs ouvrages à la fois ? La tentation est grande, alimentée par deux intuitions tenaces : un mode opératoire de convergences va sans doute se mettre peu à peu en place et calmer le jeu ; tout est du hors-champ quand il s’agit de lire, de découvrir, de s’engager sérieusement dans un parcours de recherche.

Premier élément de réponse à ces questions il  y a quelques jours. Parce qu’un matin il faut bien. Commencer la recherche. Faire quelque chose pour pouvoir nous dire : nous avons commencé. Octobre est là. Il fait froid, gris. Alors il faut chercher une manière ou une autre de commencer. Une manière théâtrale. Un geste symbolique. Pour signifier qu’on s’attaque au mur ‒ le mur bibliographique. Pour officialiser notre parcours de lectures, nous choisissons de nous frotter aux Problèmes de linguistique générale d’Émile Benveniste [1]. Choix classique. Histoire de nous persuader que c’est bien une thèse en didactique des langues et des cultures que nous démarrons.

Surprise à la lecture des premiers chapitres. Nous (re)découvrons que lire un classique, c’est exactement pareil que lire n’importe quel autre livre. Nous découvrons beaucoup plus que ce nous imaginions trouver dans cet ouvrage. Nous renouons aussi avec l’expérience d’une sorte de fluidité de la lecture que les études sur ne garantissent pas toujours. Nous découvrons qu’il est bon de revenir aux textes originaux. En l’espèce, Benveniste, c’est beaucoup moins ennuyeux que nombre de commentaires sur Benveniste. Surtout, ces Problèmes de linguistique générale sont passionnants. Et réservent bien des surprises. Par exemple : chapitre 2, Coup d’œil sur le développement de la linguistique (pp. 18-31). Benveniste nous parle des abeilles. Évoquant les « observations mémorables » de l’éthologue autrichien Karl von Frisch sur les abeilles et leur code chorégraphique, Benveniste capte notre attention. En plein mois d’octobre, nous voici plongé dans la chaleur d’une ruche. Chapitre 3, Saussure après un demi-siècle (pp. 32-45). Benveniste tente de faire diversion en redonnant figure humaine à Ferdinand de Saussure ‒ et réussit à nous le rendre plus familier. Mais nous n’oublions pas la mystérieuse société des abeilles. Chapitre 4, Nature du signe linguistique (pp. 49-55). Cours de rattrapage. Piqûre de rappel. Et nous pensons toujours, émerveillé, à nos abeilles. Chapitre 5, Communication animale et langage humain (pp. 56-62). Retour des abeilles et de von Frisch pour une élucidation de toute beauté :  ne présumez jamais de vos lectures. Vous ne savez pas ce que vous allez découvrir et c’est tant mieux.

Oui, un matin d’octobre froid et pluvieux, il faut bien. Changer un peu ses habitudes. Se laisser surprendre. Redevenir curieux de tout. S’intéresser à ce qui se dévoile sous nos yeux. Au comportement des abeilles, par exemple. Un matin, malgré l’absence de soleil, nous avons la surprise d’entendre bourdonner à nos oreilles. Benveniste et ses abeilles, heureuse surprise. Nous l’avons trouvé, notre principe : c’est décidé, nous ferons plusieurs choses en même temps, nous lirons plusieurs livres à la fois. Pour multiplier les surprises. Les rencontres aussi. Dans la vie comme dans la thèse, sans aucun doute le mieux est-il d’être au champ et à la ruche.

OM


[1] E. BENVENISTE (1966). Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, « Tel ».