Archives par étiquette : corpus

[CE QUE VOUS NE SAVIEZ PAS QUE VOUS ÉTIEZ]

La poétique de la voix de S. Martin engage – avec un enthousiasme que nous ne pouvons que partager – une nouvelle définition de l’œuvre littéraire ou langagière :

« Plus qu’un produit (culturel, de mémoire, idéel ou formel), une œuvre est un processus qui ne s’arrête pas à quelques limites qu’on lui aurait fixées : pas plus ouverte que fermée, elle est infinie si elle est œuvre, c’est-à-dire en activité. C’est sa définition même qui fait sa valeur et l’inverse. Son critère c’est la disparition des critères. Elle est pure relation parce qu’elle exige qu’on devienne sujet de sa lecture, sujet de l’œuvre, avec d’autres. C’est la condition d’égalité que seules les œuvres offrent ; et d’abord les œuvres langagières, des comptines aux grands auteurs en passant par toutes ces œuvres qui un jour vous ont fait tout autre : ce que vous ne vous saviez pas que vous étiez. » (p. 114)

MARTIN S. (2015). Poétique de la voix en littérature de jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université, Paris : L’Harmattan, « Enfance et langages ».

[LA BIBLIOTHÈQUE LITTÉRAIRE MÊLE TOUT]

Dans la deuxième partie de son essai Poétique de la voix en littérature de jeunesse (2015), S. Martin passe en revue différents leviers didactiques parmi lesquels un « faire œuvre avec les œuvres ». Sur le geste d’apprendre avec les œuvres littéraires, il écrit ceci qui vient nourrir notre réflexion sur la constitution de corpus pour la didactique des langues :

« La littérature n’est que depuis peu réduite aux acquêts de l’esthétique. D’une part, la bibliothèque littéraire mêle tout, c’est-à-dire ne sépare pas les textes dans des fonctionnalités voire des genres car ce sont « les institutions du sens » (Descombes, 1996) qui posent de telles séparations et non les œuvres, encore moins les aventures de l’écriture et de la lecture, et, d’autre part, elle parle de la vie, pour la vie contre tous les instrumentalismes langagiers qui voudraient faire dire et rendre gorge, c’est-à-dire message, à n’importe quel texte. » (p. 110)

MARTIN S. (2015). Poétique de la voix en littérature de jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université, Paris : L’Harmattan, « Enfance et langages ».

Créations de corpus, corpus de créations

Il s’agirait de ne pas oublier dans ce carnet numérique : 1) de rendre compte de la variété des pratiques de constitution de corpus littéraires destinés à l’invention d’ateliers d’écriture ou de littératures ; 2) d’évoquer et d’évaluer notre méthode personnelle ‒ très empirique et très imparfaite ‒ qui consiste pour le moment à parfaire un art de la trouvaille (art exigeant il va sans dire) ; 3) de présenter des ouvrages qui, par leur dimension anthologique ou leur apport critique, peuvent aider à découvrir ou accélérer la découverte de textes ou d’œuvres littéraires. Loin de nous l’idée de vouloir fournir des « matériaux » ou des « supports » pour des activités présumées « prêtes à l’emploi », il faudrait davantage ici un entrelacs de textes, de références et de liens susceptible d’engager la création langagière hors des sentiers battus. Insistons sur le fait que la mise au jour d’un corpus de création littéraire est un chantier de patience qui sollicite des intuitions, des envies et des moyens qui appartiennent en propre à chaque enseignant, animateur ou écrivain.

OM