[« PENSER POÈME » AVEC GÉRARD NOIRET]

Autoportrait au soleil couchantDans l’introduction de son recueil poétique Autoportrait au soleil couchant (1), Gérard Noiret (ou plutôt un certain Christian Lachaud…) suppose qu’un véritable lecteur est celui qui a de l’empathie avec le rythme, « et pas uniquement le signifiant ou le signifié » (p. 9) (2). À partir de cette hypothèse, il oppose poésie et poème : « penser poésie suppose une réalité supérieure et induit des déclarations d’amour ou de haine, penser poème permet une approche qui gagne en perception des phénomènes langagiers ce qu’elle perd en hauteur métaphysique. »

C’est ensuite que nous est proposée une définition à la fois mathématique et « instable » du poème. Une formule ou une équation qui, plaçant le langage en premier, met en valeur le sujet au travail dans le langage : « À mon sens, un poème est la cristallisation d’une sorte de produit de facteurs, au nombre indéterminé, à la définition instable, où les composants ne multiplient pas forcément d’une manière identique, mais un produit de facteurs quand même. Sans forcer, je peux risquer cette formule : poème = (langage) (histoire poétique) (imaginaire) (monde) (pensée) (projet). »

Bien sûr, G. Noiret ne nous abandonne pas devant cette formule plus concrète qu’elle n’y paraît, chaque facteur est commenté avec une simplicité désarmante : « J’entends par (histoire) poétique la mémoire des manières d’écrire et des textes majeurs ; par (imaginaire) l’ensemble des représentations du vécu conscient et inconscient d’un sujet ; par (monde) aussi bien les circonstances, que l’histoire, que la politique ; par (pensée) la connaissance philosophique, la spiritualité, la réflexion sur le motif ; et par (projet) ce qui naît spécifiquement du travail de l’écrivain. »

On notera que le facteur langage est présenté en dernier et échappe à la définition des linguistes : « Le (langage) seul est incontournable. Sa qualité détermine le résultat. Limité à la volonté de dire, il est proche d’un zéro réduisant à rien les autres composants, aussi intelligents, aussi chargés d’expérience soient-ils ». Les précisions de G. Noiret sur le langage sont parlantes : « À son propos, je ne peux avancer que des intuitions. Que le langage-du-poème relève de l’idiome et pas de la langue nationale, et pas de la Langue des écrivains, et pas de la langue des psychanalystes. Qu’il ne dépend ni des études, ni du mérite, ni de l’argument. Qu’il se perd. Que ses propriétés – ses figures, son rythme profond – souvent liées à des chocs existentiels, repérables ou non, sont aussi aléatoires que celles qui font la « présence » des comédiens, le « gospel » des chanteurs. »

On pourra également réfléchir à cette presque règle du jeu que G. Noiret propose à la fin de cette introduction à la fois facétieuse et captivante : « En règle générale, les poèmes qui me parlent mobilisent de trois à cinq facteurs. Quand ils en utilisent deux, ils relèvent de la notation. Quand ils combinent les six, ils souffrent de saturation (…). » Pas une échelle de valeurs, mais un carrefour de pistes ouvertes vers de multiples activités de lectures-écritures critiques.

1) NOIRET G. (2011). Autoportrait au soleil couchant. Bussy-le-Repos : Obsidiane.
2) Toutes les citations sont empruntées aux pages 9 et 10 du recueil.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.