[DEFINITION(S) DE LA VOIX, PAR ANTOINE EMAZ]

« Identité vocale d’un poète, avant l’identité par une thématique. Parler d’un timbre d’écriture ? En tout cas, c’est assez étrange comme une page, un texte écrit, par nature silencieux, garde trace d’une voix qui continue de circuler dedans. Et il n’est pas besoin pour l’entendre d’avoir écouté le poète en lecture publique. Les yeux, lisant, identifient nettement la voix, exactement comme au téléphone, sur un « allo » on sait qu’untel ou untel est au bout de la ligne.
Entendre cette signature interne demande un peu de temps, un peu de familiarité avec l’œuvre. Mais au fond ce n’est qu’un maniement individuel de la langue, il est peut-être seulement un peu plus sensible en poésie. » [1]

Formulations simples mais éclairantes autour de la voix du poète/poème. Nous aimerions retenir notamment « identité vocale », « timbre d’écriture », « signature interne » et surtout cette analogie assez stupéfiante : « Les yeux, lisant, identifient nettement la voix, exactement comme au téléphone, sur un « allo » on sait qu’untel ou untel est au bout de la ligne. »


[1] EMAZ A. (2013). « Notes : facettes, éclats de lire, échardes, erres de vivre, marges ». Dans la revue Résonance générale. Cahiers pour la poétique. Numéro 6, automne 2013. Mont-de-Laval : L’Atelier du Grand Tétras.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.