Atelier de littératures, dis-tu ?

« Mais qu’entends-tu exactement par atelier de littératures ? ». Cette question nous est régulièrement posée depuis l’ouverture de ce carnet numérique. Certains nous interrogent également sur la nature du lien entre atelier de littératures et atelier d’écriture, formulation très fréquente, presque passe-partout. Nous allons tenter d’apporter ici quelques précisions sur cet étrange atelier de littératures. Les deux termes principaux – atelier et littératures – revêtent bien évidemment une importance capitale à nos yeux : avec d’autres notions, c’est eux qui feront le nid de la thèse.

Précision n°1 – L’atelier de littératures en classe de FLE et langues du monde.
Rappelons d’emblée que l’atelier de littératures est la formulation courte de notre recherche doctorale qui a pour champ la didactique du français langue étrangère et seconde. Bien entendu, pour se construire théoriquement et pratiquement, notre atelier de littératures devra s’intéresser aux recherches en cours et aux pratiques déjà existantes dans des champs didactiques voisins ou des contextes d’activités plus ou moins éloignés. Dans tous les cas, il s’agit bien de mettre au jour des pratiques susceptibles d’être proposées à la classe-monde [1] – que l’on rencontre dès qu’il s’agit d’apprendre ou d’enseigner une langue du monde.

Précision n°2 – Un mystère à creuser.
Insuffisamment creusé en didactique du FLE ou réduit à un dispositif particulier d’échanges, le premier terme atelier n’est pas à prendre à la légère. Il évoque des dispositions, des interactions et des potentialités de divers ordres (didactique, culturel, social) qui intéressent notre recherche. Disons plus globalement qu’il y a un mystère de l’atelier qui nous fascine.

Précision n°3 – Vers une hybridation des didactiques.
La formulation atelier de littératures permet de réaffirmer explicitement la présence des littératures en classe de langue. Au passage, le pluriel à littératures nous semble de rigueur, ne serait-ce pour échapper aux catégories avec majuscules. Il faut rappeler que la littérature en classe de FLE est souvent présentée en termes problématiques depuis la main basse des approches communicatives sur l’enseignement-apprentissage des langues. Une issue heureuse à ce casse-tête didactique – très embarrassant en pratique – supposerait une articulation solide entre deux enseignements : littérature et langues du monde. Nous espérons à travers la construction théorique et pratique de l’atelier de littératures participer à l’élaboration d’une nouvelle didactique de la littérature en classe de langue qui pourrait s’appuyer, comme le suggère Serge Martin, sur « deux mouvements » croisés : «  vivre la littérature change la didactique des langues et penser la didactique des langues change la littérature. » [2]

Précision n°4 – Un atelier peut en cacher un autre.
Bien sûr, l’atelier de littératures inclut des pratiques – nombreuses et diverses – parfois rassemblées sous l’appellation ateliers d’écriture. Si nous avons choisi de ne pas retenir cette dernière dans la formulation de notre thèse, c’est parce qu’elle nous semble inadéquate à plusieurs titres. En effet, focalisant l’attention (de tous les acteurs) sur l’activité scripturale, la formulation atelier d’écriture ne rend pas compte : 1) de la pluralité des activités et des expériences langagières – elles-mêmes engagées (ou à réengager) dans un continu singulier – qui font de ces dispositifs des lieux de « paroles possibles » [3] ; 2) des relations à l’œuvre avec les littératures, les textes littéraires, les écrivains. Autrement dit, dans la perspective qui est la nôtre, l’expression atelier d’écriture réduit la portée d’un dispositif singulier par de multiples aspects : dans un atelier d’écriture, on ne fait pas qu’écrire, on lit, on parle, on joue, on avance de fil en aiguille dans la découverte et la continuation d’œuvres littéraires. Remplacer écriture par littérature(s) est donc une manière pour nous d’affirmer la nature relationnelle du parcours didactique en atelier – sans aucune intention d’ailleurs de minorer l’importance des activités d’écriture.

Précision n°5 – Comme toujours, ne rien s’interdire.
Cette préférence pour l’atelier de littératures est temporaire sinon précaire. Nous nous laissons la liberté de lui préférer une autre formulation au cas où la recherche nous conduirait à de plus heureuses trouvailles – ou nous exposerait à des critiques salvatrices…

Précision n°6 – Comment nous en sommes arrivé là.
Si tu t'imaginesOutre l’expression atelier d’écriture, nous avons exclu d’autres formulations insuffisantes ou évanescentes. Par exemple, l’expression atelier littéraire [4] nous a semblé trop faible car elle fusionne trop tôt deux axes de recherche. Bien que l’OuLiPo [5] soit parfois présenté comme un « atelier de littérature expérimentale », notre « atelier de littératures » (tout court) a le mérite d’avoir été peu usité. Nous expliquons en partie dans notre projet de thèse comment s’est opéré ce glissement terminologique. Il ne nous semble pas inutile d’y revenir brièvement ici. C’est dans le cadre de l’écriture de notre mémoire de Master 2 [6], dédié à l’écriture créative en classe de FLE, que nous avons rencontré pour la première fois l’expression atelier de littérature appliquée au champ didactique. Dans une ébauche d’inventaire des (rares) méthodes dédiées à l’écriture créative en classe de FLE, nous nous étions notamment intéressé au manuel Si tu t’imagines [7] paru en 1994. Sous-titré atelier de littérature, lecture, écriture (entre parenthèses), il présentait la particularité de (re)placer l’écriture créative dans un continu littérature-lecture-écriture devenu la norme en FLM. Ainsi qu’ils l’indiquaient dans leur avant-propos, les concepteurs de ce manuel (L. Douënel, G Jackson, S. Raoul) souhaitaient « entrainer le lecteur vers l’écriture, puis à l’écriture ».

Précision n°7 – Une première définition.
Une des notions centrales de notre recherche est celle de réénonciation(s). Pour le dire rapidement, une réénonciation est une activité relationnelle forte avec une ou plusieurs œuvres littéraires, une expérience concrète au plus près de ces œuvres, une participation « des œuvres à l’œuvre » [8] qui multiplient les « paroles possibles » des apprenants comme des professeurs. Selon nous, l’atelier de littératures pourrait se définir comme une aire de réénonciations. Illustration d’une alliance prometteuse entre didactique et arts du langage, l’atelier de littératures pourrait permettre de penser et de mettre en pratique « une didactique du continuum parler, lire, écrire par le dire et donc par la voix ». Ce type d’atelier pourrait apparaitre comme un lieu et un temps appropriés pour que se vivent des « passages de voix », s’écrivent des « histoires de voix », s’inventent des « racontages » – trois concepts empruntés à Serge Martin dont la construction pratique et théorique d’« une didactique de la littérature dans le cadre d’une poétique de la relation en langues du monde » alimente chaque jour notre recherche personnelle.

OM


[1] Expression empruntée à Aline Bergé, voir http://atelit.hypotheses.org/109
[2] Serge Martin dans http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2014/11/poetique-de-la-relation-et-didactique.html
[3] Expression empruntée à Serge Martin : voir http://ver.hypotheses.org/1248
[4] Titre d’une émission de radio sur France Inter dédiée à l’actualité littéraire.
[5] Ouvroir de Littérature Potentielle.
[6] L’atelier d’écriture créative en didactique du français langue étrangère, mémoire de Master 2, sous la direction de Serge Martin, juin 2014.
[7] DOUËNEL L., JACKSON G., RAOUL S. (1994). Si tu t’imagines (Atelier de littérature, lecture, écriture). Paris : Hatier/Didier, coll. Libre échange.
[8] Cette citation et les suivantes sont empruntées à Serge Martin : voir http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2014/11/poetique-de-la-relation-et-didactique.html


1 réflexion sur « Atelier de littératures, dis-tu ? »

  1. Serge Martin

    Cher Olivier, on a évidemment hâte d’en (sa)voir plus mais d’ores et déjà votre manière d’avancer a le don de réfréner toute hâte définitionnelle qui serait bien évidemment le danger d’une recherche trop assise ! Vos sept précisions sont donc comme des empêcheurs de penser en rond et le chiffre 7 a cette vertu de se démultiplier… Il me faut donc situer ma hâte vers ce qui ne sera jamais arrêt sur définition(s) mais mouvement des réénonciations multiples que vous allez, j’en suis persuadé, déployer dans et par l’écriture de votre recherche. Réénonciations (des terrains, des expériences, des lectures, des théories, des notions…) qui elles-mêmes ne cesseront de problématiser ce principe de reprise dialogique, de relation-monde.

    Le hasard d’une trouvaille – au cours d’une réunion avec des collègues littéraires en didactique du FLE – celle donc de « paroles possibles » , qui a donné le titre à cette journée d’études du 15 octobre 2014 à Paris 3, ne cesse de m’interroger car « possibles » semble éliminer « impossibles » (Olivier Lumbroso a d’ailleurs évoqué ce problème in fine) et depuis longtemps j’aime souvent citer ce mot d’un poète russe du début 20e (Annenski) : « l’impossible est tout ce que j’aime »! Bref, il faudrait donc entendre « impossible » avec « possible »: ce serait le sens des paroles engagées… jusque dans le silence, le non-dit, le sous-entendu, le phrasé… entre les mots, entre les dits, les discours, entre les langues (je ne vais pas écrire « cultures » ou « mondes » car je préfèrerais alors « expériences » et « hybridations » ou, comme proposait Amselle, « branchements », encore que ???). On en reparlera…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.