Premiers gestes

Nous avons assisté le jeudi 6 novembre 2014 au Musée du Quai Branly à la séance d’ouverture du séminaire Littératures et anthropologie : histoires de gestes animé par Aline Bergé et Serge Martin (UMR 7172 THALIM – ED 120, Université Sorbonne nouvelle – Paris 3). Traversés par de communes préoccupations d’anthropologie littéraire, A. Bergé et S. Martin ont proposé lors de cette première rencontre une introduction à deux voix tout à fait intéressante qui nous a permis de mieux pressentir l’importance de la notion de geste(s) en littérature. Titre et sous-titre du séminaire au pluriel pour le placer d’emblée dans une multiplicité des littératures, des approches anthropologiques, des mondes et des gestes. Souhaitant dépasser l’opposition traditionnelle théorie/pratique, ce séminaire est envisagé par leurs concepteurs comme un lieu où il s’agira pour les participants d’être à l’écoute d’histoires de gestes [1] prenant la forme de comptes-rendus d’expériences proposés par des invités très divers. Pour résumer, l’objectif général de ce séminaire sera de proposer des croisements entre les littératures et l’anthropologie, discipline carrefour entendue comme une manière d’« exercer notre sens des autres » (définition empruntée à l’anthropologue Marc Augé). Ce projet s’appuiera d’ailleurs sur une bibliographie très fournie qui présente l’avantage pratique de distinguer les ouvrages relevant de « l’anthropologie du geste et du vivant, sciences humaines et sociales » de ceux qui concernent plus directement le champ littéraire (« du geste en littérature – poésie, essais, études et théories littéraires »).

A. Bergé s’est proposé de circonscrire de manière transversale la notion de geste en essayant de répondre à la question « qu’est-ce qu’un geste ? ». Un détour étymologique par le latin gestus (signifiant attitude, mouvement du corps, geste) a permis de découvrir une multitude vertigineuse de déclinaisons sémantiques à partir du verbe originel (porter, produire, nourrir, conserver, se conduire, exécuter, exercer, jouer un personnage, etc.). On n’oubliera pas l’existence d’un féminin (la geste définie comme un récit poétique de hauts faits). À signaler aussi la gestation entendue comme un état d’élaboration. Au passage, pas (encore) d’évocation du gestus brechtien. Anticipant sur la suite, A. Bergé a rapidement précisé qu’au lieu d’un moment le geste apparait plutôt comme un mouvement, le plus souvent relié à autre chose que lui-même – ce que nous aurons l’occasion de vérifier plus loin à plusieurs reprises. Autre question initiale à laquelle a répondu A. Bergé : pourquoi et comment l’anthropologie peut-elle nous aider à aborder la question du/des geste(s) en littérature ? En tant qu’expérience du monde réel, l’anthropologie s’intéresse depuis très longtemps à la notion de geste (par exemple, Marcel Jousse, L’Anthropologie du geste). Chez les anthropologues, il y a des liens très clairs entre geste et hominisation, geste et culture (à chaque culture, sa culture de gestes), geste et langue, geste et corps, geste et terrain/situation. À noter que la notion de geste est familière à d’autres sciences : médecine, histoire, psychologie. Plus généralement, l’apport de l’anthropologie est également essentiel dans la mesure où cette science cherche notamment à faire la différence entre le monde du sujet et le monde réel – ce qui n’est pas une mince affaire en littérature.

De son côté, pour mieux faire partager tout l’intérêt du questionnement de la notion de geste(s) en littérature, S. Martin a proposé un parcours expérientiel de lecture à partir d’un montage de textes poétiques ou critiques. Le premier texte est un extrait de Passages (1950) d’Henri Michaux. Nous le reproduisons ici tant il éclaire judicieusement – car si simplement – la proposition du séminaire [c’est nous qui soulignons en gras] :

« La vue d’un torpilleur autrefois ne m’était rien. Pas de réaction. Je n’en avais guère vu jusque-là. Ayant passé près d’un an déjà dans un petit port du Var, où ils viennent fréquemment la nuit au mouillage, ils me sont devenus familiers.
À quoi je le remarque ? À ceci : lorsque, étant sur ma terrasse, j’en vois un approcher, je lui tire mentalement quelques coups de canon (sans méchanceté aucune d’ailleurs) et le coule. Après quoi, je me remets à lire et le laisse entrer en rade où il ne me gêne du reste en rien.
Dois-je ajouter que ce n’est pas affaire de pavillon sur lequel je ne lève même pas les yeux. Simplement je le canonne, je le coule et je reviens ensuite à ma lecture, chargé d’une once de satisfaction en plus.
Le tout est devenu machinal. Que dire encore ? Je ne puis m’associer vraiment au monde que par gestes. À cela je sais que le torpilleur fait partie de mon monde. Il n’en est, hélas ! pas ainsi des étoiles par le fait d’une impuissance que, je pense, l’on comprendra. » [2]

À l’invitation de S. Martin, on aura remarqué l’étonnante puissance des gestes chez Michaux qui aboutissent à produire la remarque suivante : « Je ne puis m’associer vraiment au monde que par gestes. » La proposition est assez subtile et plutôt drôle car à la question « qu’est-ce qu’un geste ? », Michaux semble répondre qu’un geste est toujours un geste pour de faux, comme en font tant les enfants. Si le geste de Michaux est un enfantillage, sa dimension ludique apparait comme au cœur de la notion. Comme l’explique le poète, c’est grâce aux gestes qu’il constitue son monde. Que fait donc un geste chez Michaux ? Il approprie. Tout geste est un geste d’appropriation du monde. Le monde se constitue par gestes. Grâce à Michaux, nous apprenons qu’il n’y a pas de vérité du/des geste(s) – et que désormais le pluriel s’imposera.

Le deuxième extrait proposé par S. Martin provient du texte Sentir le grisou [3] (2014) de Georges Didi-Huberman. Dans ce passage, G. Didi-Huberman s’intéresse aux gestes dans le cinéma du réalisateur italien Pier Paolo Pasolini. Selon lui, Pasolini capterait les gestes : « (…) il existe une sorte de cheville dialectique ou d’opérateur de conversion exemplaire entre ces deux dimensions du cinéma – réelle et psychique, concrète et onirique – mises en regard par Pasolini : il s’agit des gestes (…) que la camera, filmant les êtres en mouvement, parvient à capter pour les verser dans quelque chose qu’il faudra bien appeler, finalement, un « patrimoine commun ». » Que pourrait être ce patrimoine commun ? Un premier élément de réponse dans la phrase qui suit : « Comment nier qu’une grande partie du cinéma de Pasolini s’attache à nous restituer la poésie des gestes de tous ceux et celles qu’il filme avec tant d’attention et de tendresse (…) ». Cette restitution est d’ailleurs permise par le montage. C’est cette activité de restitution qui conduit ensuite G. Didi-Hubermann à emprunter au philosophe italien Giorgio Agamben l’idée qu’« ayant pour centre le geste (…), le cinéma appartient essentiellement à l’ordre éthique et politique (et non pas simplement à l’ordre esthétique) » [4].  Selon G. Didi-Huberman, pour aboutir à une « poésie de cinéma », le geste pasolinien dépasse donc les dualismes traditionnels (langue-corps, corps-âme, mémoire-désir) : « En premier lieu, le geste se situerait par-delà toute opposition entre langue et corps (…) » ; « En second lieu, le geste semble bien se situer par-delà toute opposition entre corps et âme, puisqu’il nous adresse, depuis ce qui meut un corps, un message (…) qui a d’abord su émouvoir l’être qui s’exprime. Finalement, le geste parviendrait à se situer par-delà toute opposition entre mémoire et désir, puisque ce qu’il délivre au présent rejoue quelque chose comme un « patrimoine commun » pour inventer cependant l’absolue nouveauté du monstrum, comme dit Pasolini, qu’il lance avec toute son énergie vers le futur. (…) ».

La troisième pièce du montage de S. Martin est empruntée à un autre texte de G. Didi-Huberman, Essayer voir (2014) : « La description de cet « indescriptible » aura bien lieu : elle aura lieu malgré tout. Et le lieu de ce malgré tout ne serait autre que le phrasé d’un geste appelant un certain phrasé ou rythme de la parole. » [5]

À opposer aux idées de pluralité des gestes, de patrimoine commun, de phrasé évoquées précédemment, le quatrième texte du montage est tiré de l’ouvrage d’Yves Citton, Gestes d’humanités, Anthropologie sauvage de nos expériences esthétiques (2012). Ici, il s’agit pour S. Martin de s’inscrire contre l’idée d’un répertoire possible des gestes ou d’attribution de fonctions – ce qu’a tenté de faire Y. Citton dans cet ouvrage à la fin duquel il concède toutefois : « (…) c’est peut-être dans la façon dont les gestes s’enchainent entre eux, plus que dans leur définition individualisante, qu’il faut chercher une part essentielle de leur puissance propre. » Comme l’indique S. Martin, même si le geste est un « nœud de contradictions » (Y. Citton), il n’est pas décontextualisable. En d’autres termes, comme avec la parole, on ne saurait faire fi du voisinage, des autres paroles.

Le parcours de lecture s’est achevé par la découverte d’un poème de James Sacré que nous reproduisons ici. Ce poème, qui ouvre une suite intitulée Cherche-t-on le père qu’on a eu ?, illustre bien l’idée de l’anthropologue M. Jousse selon laquelle les gestes permettraient de repenser les figures de style (ici, métaphore et comparaison).

Dans le fond du camping hier soir, à Pitres
J’ai revu l’endroit de verdure d’une autre année
Sentier qui remonte vers quelque champ ou des jardins
De l’autre côté du ruisseau, bruit de l’eau, un paysan faisait
Sur le haut de la pente d’en face, un, deux derniers gestes
Avant de quitter son travail, une herbe arrachée, l’inspection d’un piquet
Peut-être qu’il allait pisser un coup avant de partir
Comme tu aurais fait, à peine me tournant le dos, pour autant
C’est qu’un peu avant ton dernier départ
Que j’ai pu voir (fallait t’aider pour pisser) ta queue
Rendue à pas trop grand-chose, mais portée
Par l’épaisse grosseur de tes bourses ;
T’es-tu senti gêné ou si tu as su
Que j’attendais depuis longtemps cette façon d’avoir ton corps
En face de moi ?

Non le paysan de l’Alpujarra ne s’est pas déboutonné
Et puis la nuit a soudain été là. [6]

(31 août 2008)

OM

***

Prochaine séance le jeudi 4 décembre 2014 à 17 h 30. Invitée : Marielle Macé (CRAL-CNRS / EHESS) : « V. S. Naipaul : habits, habitudes, habitats ».


[1] Le sous-titre du séminaire fait écho au titre de l’ouvrage de Marie Glon et Isabelle Launay (Histoires de gestes, Arles, Actes Sud Théâtre, 2012) mentionné dans la bibliographie.
[2] MICHAUX H. (1950). Passages. Paris : Gallimard. Pp. 19-20.
[3] DIDI-HUBERMAN G. (2014). Sentir le grisou. Paris : Minuit. Pp. 85-86.
[4] AGAMBEN G. (1992). « Notes sur le geste », trad. D. Loayza. Dans Moyens sans fins. Notes sur la politique. Paris : Payot & Rivages, 1995. P. 67.
[5] DIDI-HUBERMAN G. (2014). Essayer voir. Paris : Minuit. P. 74.
[6] Revue Rehauts n°34, automne-hiver 2014. P. 3.


1 réflexion sur « Premiers gestes »

  1. Serge Martin

    Merci beaucoup Olivier pour ce compte rendu.

    Concernant l’ouvrage d’Yves Citton, j’ajouterais deux précisions :
    – la contextualisation des gestes ne me paraît pas bien engagée par Citton car pour lui un geste rejoint soit un domaine d’application soit actualise une manière d’exécution ; ce serait le sens qu’il donne au “geste musical” qui constitue pour lui comme un paradigme de sa théorie;
    – par ailleurs, quand il conclut son ouvrage par cette remarque, “les gestes sont ce qui nous relie à nos semblables, ce qui tisse notre être au sein de notre environnement” (p. 269), il instrumentalisme les gestes dans une perspective certes relationnelle mais qui fait fi de ce que Mandelstam appelait l”‘interlocuteur providentiel” et ce que j’appelle la voix-relation.
    Ces deux remarques corroborent l’orientation décisive de cet ouvrage : une herméneutique interprétative qui arrime les gestes aux “disciplines qui, outre leur pratique commune d’une interprétation réfléchie, se trouvent être celles qui prennent directement pour objets nos expériences esthétiques” (p. 273), c’est-à-dire qui soumet les gestes à “la sphère esthétique” dans un discontinuisme que la notion de geste demande justement de critiquer. On comprend que pour Citton les gestes constituent in fineun refuge” de “nos subjectivités“, “nourrissant le jeu de l’interprétation” (p. 275) quand ils devraient offrir l’occasion d’accompagnement pluriel dans et par des trans-énonciation, des gestes continués pour que l’inconnu (tout le contraire d’une résistance identitaire même placée sous le signe de l’accueil à l’Autre alors même que la mise sous tutelle disciplinaire présuppose un pouvoir savant ou autre) augmente nos relations, nos rapports, nos corps et nos poèmes.

    Dernière remarque rapide concernant James Sacré et son texte : oui, Jousse permet de repenser les figures mais ne permet pas d’accompagner les réénonciations infinies qui font les mouvements-gestes de ce texte dont le principe de “revenance” ouvre au maximum de corps dans le langage sans que pour autant quoi que ce soit ne soit “déboutonné” ! car il ne s’agit pas d’exposer, de représenter, de spectaculariser mais seulement de “toucher”. Et Sacré touche juste ! Voilà du geste qui s’invente comme forme de vie inextricablement devenue forme de langage et inversement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.