[PRENDRE CORPS AVEC GHERASIM LUCA ET ARTHUR H]

010203

Prendre corps [1], un texte parmi bien d’autres de Ghérasim Luca. Quelques pages reproduites ci-dessus – première partie du poème. Multitude d’entrées possibles dans un texte qui illustre bien la nécessité de recourir aux arts du langage en classe de langue – point sur lequel nous aurons maintes occasions de revenir. Prendre corps avec Ghérasim Luca, cela signifie passer du texte à la voix. Dans sa préface [2], André Velter rappelle que, dès son adolescence, Ghérasim Luca a « l’intuition que son pays, c’est son corps ; que son identité, c’est sa voix. » (p. I). Impossible de se contenter de le lire sagement. Il faut l’écouter, entendre cette voix qui « se risque en zone inconnue, crée un stupéfiant no man’s land physique et sonore ». Certes, il y a beaucoup à faire avec le texte avant d’espérer le dépasser, le surpasser en voix. Pour nous aider dans cette seconde tâche, Ghérasim Luca lui-même – et Arthur H.

CouvUne première suite au texte, peut-être : un film réalisé en 1989 pour la télévision sous le titre Comment s’en sortir sans sortir [3] – qu’on peut trouver et visionner facilement sur la Toile. Dans ce récital télévisuel, Ghérasim Luca lit ou dit un certain nombre de textes dont Prendre corps. A. Velter en propose une description fidèle : « La mise en scène est une mise en page, et tout y devient signe : l’écran comme une feuille blanche ; le poète vêtu de noir, pareil à un caractère d’imprimerie ; les glissements de caméra d’une grande sobriété qui jamais ne détournent de l’écoute, mais favorisent une aimantation vers les mots proférés en obéissant aux pulsations mêmes de la parole.
Et puis, il y a Luca, sa présence, sa voix. Présence fragile, frémissante, en rupture, et voix au timbre roulant, venue des confins balkaniques (…). Il y a aussi sa main libre, celle qui ne tient pas le livre et n’a que le vide pour appui.
Luca dit sans emphase, sans effet, alors même qu’il accepte l’épreuve du don total de soi et d’une profération qui s’arrache à sa masse sonore. Il dit dans un vertige, fouille son labyrinthe, mange, malaxe, maltraite, mitraille, caresse, exalte les consonnes, les voyelles, les phonèmes, relance ses rythmes, dévale ce qui déraille, tangue au creux du gouffre verbal pour renaître plus ardent après les naufrages, avec entre les dents cette goutte de néant volée aux grands fonds, à l’obscur et à la mort. » [4]

Évoquant le texte inédit « Introduction à un récital », A. Velter rappelle plus loin dans sa préface que la poésie de Ghérasim Luca peut difficilement restée sans investissement oral. Selon Ghérasim Luca, le poème est « une onde » : « Dans ce langage, qui sert à désigner des objets, le mot n’a qu’un sens, ou deux, et il garde la sonorité prisonnière. Qu’on brise la forme où il s’est englué et de nouvelles relations apparaissent : la sonorité s’exalte, des secrets endormis surgissent, celui qui écoute est introduit dans un monde de vibrations qui suppose une participation physique, simultanée, à l’adhésion mentale. Libérez le souffle et chaque mot devient un signal. » [5]

Avant de s’essayer soi-même à lire Ghérasim Luca, il serait possible d’écouter le chanteur français Arthur H [6] qui, par deux fois, a mis en musique ce poème (2011 et 2014). Non pas pour l’imiter mais pour délimiter le périmètre de nos propres mises en voix. On n’oubliera pas de discuter la relation texte-musique. À signaler également une version du « diseur » martiniquais Joby Bernabe [7].

Au travail donc. De multiples passages de voix à susciter en classe, et de l’audace. À investir : le jeu du je-tu, le déréglage syntaxique, le dérèglement sémantique. Et surtout le titre du poème à prendre au pied de la lettre : besoin d’espace pour prendre racine, perdre haleine, trouver sa voix avec une œuvre pas comme les autres.

OM


[1] LUCA G. (1985). Héros-Limite suivi de Le Chant de la carpe et de Paralipomènes. Paris : NRF, Poésie/Gallimard.
[2] Parler apatride, préface d’André Velter, pp. I-XVI, 2001.
[3] Comment s’en sortir sans sortir, réalisation Raoul Sangla, Arte, CND, FR3, 1989. Le début de la lecture du poème Prendre corps se situe à 43’46.
[4] P. IX.
[5] P. XII.
[6] Albums : Baba love, Universal Music, 2011 ; L’Or d’Éros (avec Nicolas Repac), Naïve, 2014.
[7] S’lame de fond, Eïa production, 2013.


2 réflexions sur « Prendre corps avec Ghérasim Luca et Arthur H »

    1. Olivier Mouginot Auteur de l’article

      Merci Serge. Oui, vos deux articles sont précieux et très détaillés. Le premier « Ghérasim Luca (1913-1994), un nœud critique pour la poésie performance » permet de mieux apprécier « la comète Luca dans le ciel de la poésie française » pour reprendre vos propres termes. Le second « Ghérasim Luca : des réénonciations à trouver avec tous » intéressera plus directement encore les enseignants grâce à des pistes de travail très fouillées à partir d’analyses du texte. J’ajoute un troisième billet que vous avez consacré à Ghérasim Luca – http://ver.hypotheses.org/874 – dans lequel vous revenez sur la performance télévisuel intitulée Comment s’en sortir sans sortir (1989).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.