[CE QUE VOUS NE SAVIEZ PAS QUE VOUS ÉTIEZ]

La poétique de la voix de S. Martin engage – avec un enthousiasme que nous ne pouvons que partager – une nouvelle définition de l’œuvre littéraire ou langagière :

« Plus qu’un produit (culturel, de mémoire, idéel ou formel), une œuvre est un processus qui ne s’arrête pas à quelques limites qu’on lui aurait fixées : pas plus ouverte que fermée, elle est infinie si elle est œuvre, c’est-à-dire en activité. C’est sa définition même qui fait sa valeur et l’inverse. Son critère c’est la disparition des critères. Elle est pure relation parce qu’elle exige qu’on devienne sujet de sa lecture, sujet de l’œuvre, avec d’autres. C’est la condition d’égalité que seules les œuvres offrent ; et d’abord les œuvres langagières, des comptines aux grands auteurs en passant par toutes ces œuvres qui un jour vous ont fait tout autre : ce que vous ne vous saviez pas que vous étiez. » (p. 114)

MARTIN S. (2015). Poétique de la voix en littérature de jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université, Paris : L’Harmattan, « Enfance et langages ».


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.