[LA BIBLIOTHÈQUE LITTÉRAIRE MÊLE TOUT]

Dans la deuxième partie de son essai Poétique de la voix en littérature de jeunesse (2015), S. Martin passe en revue différents leviers didactiques parmi lesquels un « faire œuvre avec les œuvres ». Sur le geste d’apprendre avec les œuvres littéraires, il écrit ceci qui vient nourrir notre réflexion sur la constitution de corpus pour la didactique des langues :

« La littérature n’est que depuis peu réduite aux acquêts de l’esthétique. D’une part, la bibliothèque littéraire mêle tout, c’est-à-dire ne sépare pas les textes dans des fonctionnalités voire des genres car ce sont « les institutions du sens » (Descombes, 1996) qui posent de telles séparations et non les œuvres, encore moins les aventures de l’écriture et de la lecture, et, d’autre part, elle parle de la vie, pour la vie contre tous les instrumentalismes langagiers qui voudraient faire dire et rendre gorge, c’est-à-dire message, à n’importe quel texte. » (p. 110)

MARTIN S. (2015). Poétique de la voix en littérature de jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université, Paris : L’Harmattan, « Enfance et langages ».


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.