[BENVENISTE ET LES ABEILLES ]

Démarrer une thèse : une multitude de tâches inaugurales. Parmi elles, s’engager dans un parcours de lectures dont notre bibliographie provisoire n’équivaut nullement à un mode d’emploi. Pile de livres qui menace de s’écrouler sur nous. Premiers obstacles d’ordre méthodologique. Comment organiser toutes ces lectures ? Faut-il les hiérarchiser ? Décréter prioritaire telle lecture et secondaire telle autre ? Faut-il obligatoirement commencer par fouiller les champs de la didactique des langues ou de la littérature ? Faut-il repartir de la linguistique, discipline maternelle ? Faut-il se poser des questions commençant par « faut-il » ? Que faire du soi-disant hors-champ qui nous fait de l’oeil (sociologie, anthropologie) ? Et comment faire avec les classiques, ces ouvrages qui nous paraissent fondamentaux et dont nous avons toujours repoussé la lecture ? Premier réflexe : concevoir un programme détaillé et probablement indigeste. Pourquoi ne pas opter plutôt pour une solution de facilité : un parcours en étoile, imprévisible, où il s’agirait de lire plusieurs ouvrages à la fois ? La tentation est grande, alimentée par deux intuitions tenaces : un mode opératoire de convergences va sans doute se mettre peu à peu en place et calmer le jeu ; tout est du hors-champ quand il s’agit de lire, de découvrir, de s’engager sérieusement dans un parcours de recherche.

Premier élément de réponse à ces questions il  y a quelques jours. Parce qu’un matin il faut bien. Commencer la recherche. Faire quelque chose pour pouvoir nous dire : nous avons commencé. Octobre est là. Il fait froid, gris. Alors il faut chercher une manière ou une autre de commencer. Une manière théâtrale. Un geste symbolique. Pour signifier qu’on s’attaque au mur ‒ le mur bibliographique. Pour officialiser notre parcours de lectures, nous choisissons de nous frotter aux Problèmes de linguistique générale d’Émile Benveniste [1]. Choix classique. Histoire de nous persuader que c’est bien une thèse en didactique des langues et des cultures que nous démarrons.

Surprise à la lecture des premiers chapitres. Nous (re)découvrons que lire un classique, c’est exactement pareil que lire n’importe quel autre livre. Nous découvrons beaucoup plus que ce nous imaginions trouver dans cet ouvrage. Nous renouons aussi avec l’expérience d’une sorte de fluidité de la lecture que les études sur ne garantissent pas toujours. Nous découvrons qu’il est bon de revenir aux textes originaux. En l’espèce, Benveniste, c’est beaucoup moins ennuyeux que nombre de commentaires sur Benveniste. Surtout, ces Problèmes de linguistique générale sont passionnants. Et réservent bien des surprises. Par exemple : chapitre 2, Coup d’œil sur le développement de la linguistique (pp. 18-31). Benveniste nous parle des abeilles. Évoquant les « observations mémorables » de l’éthologue autrichien Karl von Frisch sur les abeilles et leur code chorégraphique, Benveniste capte notre attention. En plein mois d’octobre, nous voici plongé dans la chaleur d’une ruche. Chapitre 3, Saussure après un demi-siècle (pp. 32-45). Benveniste tente de faire diversion en redonnant figure humaine à Ferdinand de Saussure ‒ et réussit à nous le rendre plus familier. Mais nous n’oublions pas la mystérieuse société des abeilles. Chapitre 4, Nature du signe linguistique (pp. 49-55). Cours de rattrapage. Piqûre de rappel. Et nous pensons toujours, émerveillé, à nos abeilles. Chapitre 5, Communication animale et langage humain (pp. 56-62). Retour des abeilles et de von Frisch pour une élucidation de toute beauté :  ne présumez jamais de vos lectures. Vous ne savez pas ce que vous allez découvrir et c’est tant mieux.

Oui, un matin d’octobre froid et pluvieux, il faut bien. Changer un peu ses habitudes. Se laisser surprendre. Redevenir curieux de tout. S’intéresser à ce qui se dévoile sous nos yeux. Au comportement des abeilles, par exemple. Un matin, malgré l’absence de soleil, nous avons la surprise d’entendre bourdonner à nos oreilles. Benveniste et ses abeilles, heureuse surprise. Nous l’avons trouvé, notre principe : c’est décidé, nous ferons plusieurs choses en même temps, nous lirons plusieurs livres à la fois. Pour multiplier les surprises. Les rencontres aussi. Dans la vie comme dans la thèse, sans aucun doute le mieux est-il d’être au champ et à la ruche.

OM


[1] E. BENVENISTE (1966). Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard, « Tel ».


1 réflexion sur « Benveniste et les abeilles »

  1. Serge Martin

    Merveilleux butinage en lisant votre « Benveniste » d’un « matin d’octobre » : oui, lire pour chercher et chercher (par) le lire demandent effectivement ce butinage dans les rayons de sa bibliothèque et dans la toile… à condition, très exactement comme vous l’avez écrit, de transformer (écrire) ces circulations de livres en livres, de passages en passages, en un parcours (un « trajet » disait Starobinski dans « la relation critique », sa conférence de 1968 à Milan) qui fait constellation (là, il faut évidemment citer Didi-Huberman). Bref, j’aime votre « Benveniste » et me permets de signaler le mien qui résulte d’un petit collectif réalisé il y a quelques années. C’est à cette adresse: http://www.latelierdugrandtetras.fr/parutions.php?livre=17. J’ai hâte de découvrir ainsi vos auteurs (plutôt des voix dès que vous lisez-écrivez) puis de les voir-entendre faire ruche pour votre miel qui sera votre thèse qu’on lira aussi… en butinant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.