Habiter son image, avec Marielle Macé

Sander Les trois fermiersJeudi 4 décembre 2014, nous avons eu le plaisir d’assister à la deuxième séance du séminaire Littératures et anthropologie : histoires de gestes, conçu par Aline Bergé et Serge Martin (UMR 7172 THALIM – ED 120, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3).  L’invitée de cette séance était Marielle Macé, spécialiste de littérature française moderne et contemporaine, directrice adjointe du Centre de Recherche sur les Arts et le Langage (CRAL, Unité Mixte de Recherche CNRS-EHESS 8566). Quelques notes personnelles à l’écoute de sa communication intitulée « V. S. Naipaul : habits, habitus, habitudes, habitats ».

En guise d’introduction, et pour faire le lien avec la séance inaugurale (voir notre billet « premiers gestes »), Aline Bergé a reparcouru de manière tout à fait éclairante l’œuvre de recherche de Marielle Macé qui se dit engagée dans une extension des questions de style au champ des pratiques sociales et des formes de vie. Rappel de deux ouvrages d’importance, Le temps de l’essai (Belin, 2006) et Façons de lire, manières d’être (Gallimard, 2011), qui, chacun à leur manière, vont à l’encontre du confinement du champ littéraire et proposent de relier l’expérience littéraire à l’expérience de vivre.

« Habits, habitus, habitudes, habitats ». Volontairement, ces termes n’ont pas été définis par Marielle Macé : au-delà de leur acception courante ou scientifique, ils sont à appréhender ici comme une seule et même « sphère de gestualité ». Avant d’évoquer l’œuvre de l’écrivain Vidiadhar Surajprasad Naipaul, Marielle Macé est d’abord revenue sur sa « préoccupation constante des gestes » dans son parcours de recherche – qu’il s’agisse des « gestes de lecture » ou, objet de l’intervention rapportée ici, des « gestualités de sens ». Essayant, à la suite de Foucault, de façonner une « stylistique de l’existence », c’est-à-dire « un rapport à des formes qui comptent », Marielle Macé déplore une conception « statutaire et sémiotique » de la notion de gestes. Cette conception dominante, jusque dans le champ de l’histoire de l’art, définit les gestes comme signaux ou marques de positionnement dans un répertoire de codes sociaux – approche très forte dans la sociologie post-bourdieusienne. Dans cette conception, tout geste classe les individus, les fait reconnaitre comme appartenant à tel ou tel groupe, voire les maintient à l’intérieur de ces catégorisations. Pourtant, selon Marielle Macé, « si certains gestes investissent notre identité sociale, ils ne sont pas seulement, voire rarement, cela ». Autrement dit, si le monde humain peut être découpé en groupes, il se divise aussi et surtout en « manières d’être », en « phrasés du vivre ». Marielle Macé insiste : « Peu de gestes fonctionnent comme des signes » ou « des postures à reconnaitre selon quelque rhétorique que parleraient nos corps (et que parle de fait la publicité) ». Elle privilégie en fait une « approche herméneutique » où les gestes doivent être plutôt considérés comme des « engagements de soi », des « rapports des sujets à des formes de leur vie ». Approche qui ouvre à une scène gestuelle : « Toute vie engage des formes qui ne sont pas seulement des manières de prendre une place sur l’échiquier social ».

Pour illustrer cette hypothèse au travers du champ littéraire, Marielle Macé a ensuite proposé de relire certains gestes dans l’œuvre de V. S. Naipaul. Rappelant que ce dernier est lui-même le sujet d’appartenances très complexes et qu’il a écrit sur des aires culturelles en recomposition (Inde, Asie, Afrique), Marielle Macé a aussi évoqué l’abandon progressif de la fiction chez V. S. Naipaul et sa préférence pour les récits de voyage. Selon elle, la tâche principale des « essais de voyage » de V. S. Naipaul serait « la qualification du réel », tâche qui vise notamment à mettre au jour un ensemble de « modes d’êtres, de paraitre, d’apparition ». En effet, si l’œuvre de V. S. Naipaul ne néglige pas les dimensions historiques et collectives, une constante et singulière attention est portée à des « registres plus modestes » : « allures des corps, des vêtements, des maisons », tout ce qui participe en quelque sorte du « commerce de la vie sociale ». Avec – peut-être – pour effet recherché de rendre le lecteur plus attentif à « des apparences en quête d’elles-mêmes ».

Avec V. S. Naipaul, il fait donc partie intégrante du métier de vivre [1] d’habiter sa maison, ses vêtements, ses gestes. Selon Marielle Macé, cette « vaste sphère de la gestualité » comporte en premier lieu une dimension éthique : « Il s’agit de reconnaitre dans la gestualité l’ouverture permanente d’une scène éthique, où les sujets investissent des figures incertaines, en perpétuel travail ». Elle définit d’ailleurs l’ethos « comme le caractère et le séjour, autrement dit la manière d’être comme « habitat » même du sujet ». Mais, comme elle le rappelle également, œuvre de V. S. Naipaul à l’appui, « habiter son image n’est pas une chose donnée ». À l’image des personnages sous tension de V. S. Naipaul, cette instabilité n’épargne aucun être et c’est ce qui semble intéresser l’écrivain au premier chef. Comme l’explique Marielle Macé, « cette habitation est une tâche à laquelle Naipaul répond par une autre tâche : la qualification des modes d’être, de paraître, d’apparaître, qui n’est pas décodage mais essai de nommer des scènes de sens. » Autrement dit, Naipaul regarderait « les maisons, les gestes, les vêtements non pas pour classer mais pour engager une autre forme de pensée ». Pour consolider cette double hypothèse [2], Marielle Macé a relayé des propos du critique français Pierre Pachet : « Naipaul se refuse à voir dans qui il rencontre, dans qui vient mobiliser son attention, un membre de telle ou telle catégorie sociale, quand bien même les signes de cette catégorie viendraient lui crever les yeux. » [3] Avec Marielle Macé et Pierre Pachet, nous voici donc amené à mieux comprendre pourquoi V. S. Naipaul serait si sensible aux discordances, pourquoi il ne tirerait aucune leçon des apparences – tout le contraire d’un regard taxinomique qui chercherait à classer des postures et produire des clivages. Selon Marielle Macé, « la littérature de Naipaul décèle des ambigüités, des conflits », elle est « observation des destinées, des engagements de la vie ». Cet écrivain « regarde chaque personne essayer son précipité de style » – formulation marquante qui, au-delà d’une vaine catégorisation, insiste sur la lutte intérieure des êtres et des peuples (colonisés ou pas).

Comme l’évoque très justement la lecture par Marielle Macé de plusieurs morceaux choisis, il existe chez les personnages de V. S. Naipaul (comme dans la vie) « un grand désordre apparent des styles » qui prouverait l’impossibilité d’un « moi irréductible ». « On ne fait pas images comme des déclarations », souligne Marielle Macé pour qui l’approche sémiotique aurait l’inconvénient d’évacuer l’idée que « chaque forme est l’ouverture d’une aventure de sens ». « Que fait-on avec les habits ? », va-t-elle-même jusqu’à nous demander à titre d’exemple. Et de répondre aussitôt : « On s’y glisse, on s’y cache, on s’y sent mal. Il n’y pas de langage du/des vêtements mais des engagements de sens. » Avec pour conséquence ce rappel au désordre qui est amusant à faire à l’approche des fêtes de fin d’année : « La publicité ment sur la complexité des apparences qui souffrent de n’être que des signaux statutaires. »

Au fil de l’intervention de Marielle Macé, nous avons vu s’écrire une autre définition des gestes, comme « des configurations à habiter, les surfaces d’un engagement de sens toujours remis sur le métier. » Autant de gestes qui constituent des mouvements, voire un labeur : « Il y a un travail éthique des formes, des négociations des individus avec leurs désirs ». Pour consolider son idée de sujets engagés sur une scène gestuelle, Marielle Macé a également évoqué le sociologue et linguiste canadien Erving Goffman, l’un des premiers scientifiques à avoir travaillé sur les constructions de soi dans la vie quotidienne (notamment les rites d’interaction mis en oeuvre dans des contextes de présentation ou de hiérarchie forte). Sa notion de face (ensemble des images valorisantes que chacun tente d’imposer aux autres) suppose une vision du monde social comme une scène où se joueraient des face-à-face. Creusant la notion d’ethos, Marielle Macé a toutefois appelé à ne pas surinterpréter la dimension théâtrale qu’impose une telle vision anthropologique et préfère garder le sens originel du mot grec : « faire montre d’un caractère adapté » (politiquement). Ce que suggèrent à leur manière les images (voir ci-dessus « les trois fermiers », 1914) du photographe allemand August Sander proposées à titre de conclusion.

Pour conclure notre compte-rendu (et peut-être inciter nos collègues doctorants à participer à ce séminaire dédié aux gestes), deux propos personnels, l’un général, l’autre inspiré davantage par l’intervention de Marielle Macé :
Au-delà de son objet, tout séminaire nous met au contact d’enseignants-chercheurs (et d’autres personnalités) aux parcours de recherche (ou de création) singuliers. Chaque communication est l’occasion de mieux se rendre compte des manières d’engager et de conduire un parcours de recherche, ce qui, pour tout doctorant, constitue un enseignement exemplaire.
Nous l’avons vu concrètement avec son intervention : la réflexion de Marielle Macé, centrée sur le sujet dans son milieu ‒ sans que l’un et l’autre ne soient d’ailleurs fixés une fois pour toutes ‒ permet de « parler avec la littérature », non pas sur la littérature. Cet esprit et cette manière de recherche constituent évidemment des apports précieux au commencement d’une recherche doctorale attentive aux moyens de croisements entre didactiques des langues et des littératures.

OM

***

Prochaine séance le jeudi 29 janvier 2015 (17h30), avec le poète James Sacré. « Gestes, paysages, paysans, poèmes ». Musée du Quai Branly, salle 2.


[1] Référence au « journal intime » (1958) de l’écrivain italien Cesare Pavese.
[2] Une hypothèse que nous entendons aussi comme une invitation à lire V. S. Naipaul autrement – quand on sait combien l’écrivain nobélisé en 2001 est une personnalité controversée.
[3] Un à Un, De l’individualisme en littérature – Michaux, Naipaul, Rushdie, Paris, le Seuil, 1991.


1 réflexion sur « Habiter son image, avec Marielle Macé »

  1. Serge Martin

    Merci beaucoup Olivier pour ce compte rendu qui me permet de penser le continu du séminaire d’autant que, retenu par une réunion, je n’ai pu vous y rejoindre. De très belles pistes de réflexion à nouer avec celles qui ont précédé et qui suivront.
    Je ne peux m’empêcher évoquant la notion d' »habiter » de citer Kateb Yacine qui renverse la notion dans cet entretien « L’artiste habité (le polygone et le dédale) » (entretien avec Jacques Berque et Jean Duvignaud, Afrique action, Tunis, 26 juin 1961), Le Poète comme un boxeur, Entretiens 1958-1989, Paris, Seuil, 1994, p. 176-177.
    Et puis sur le livre de Marielle Macé (Façons de lire, manières d’être), je me permets de signaler la lecture de Pascal Michon à cette adresse: http://rhuthmos.eu/spip.php?article437. Il ouvre la discussion autour de la notion de « style » qu’il faut nécessairement interrogé dès que « geste »…
    Bref, je n’ai que regrets… mais le séminaire continue !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.