[POUR UNE LITTÉRATURE-MONDE (2) : TROIS DISCUSSIONS À POURSUIVRE DANS LE CHAMP DIDACTIQUE]

Nous reviendrons ici sur trois aspects de Pour une littérature-monde qui ont particulièrement retenu notre attention dans la mesure où ils interrogent directement l’enseignement de la littérature et du français langue étrangère : l’intensité de la relation langue-identité qui électrise l’ensemble de l’ouvrage ; le silence problématique des contributions sur la question de la diffusion et du lectorat de la littérature d’expression française ; les potentialités littéraires (et donc didactiques) attachées au concept de littérature-monde (exemple précis d’un nouvel art du roman chez Grégoire Polet). Trois discussions à poursuivre ou à déplacer dans le champ de la didactique des langues…

La littérature-monde : un concept pour penser les appartenances multiples des écrivains de langue française ?

Ce que nous avons trouvé très frappant à la lecture de l’ouvrage : l’illustration du lien sensible entre langue et identité qu’offrent un certain nombre de contributeurs. D’une manière générale, les identités prennent de plus en plus la forme d’appartenances multiples (formule d’Amin Maalouf) qui s’expriment souvent sous la forme de biographies langagières originales. Dans le champ littéraire, comme le montre la teneur de l’ouvrage, il en va de même : la langue est un des paramètres premiers dans le jeu complexe des appartenances. Ce constat est d’autant plus prégnant que la dimension anthologique de Pour une littérature-monde permet d’accéder à la pensée d’écrivains très divers pour qui le choix de la langue d’écriture a relevé de facteurs hétérogènes.

Sur ce plan, l’ouvrage rappelle combien la typologie de la littérature d’expression française n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser ‒ d’où parfois certaines difficultés en classe pour situer les oeuvres. Au-delà des grandes catégories que nous évoquons plus loin, il existe une grande diversité des écritures, des œuvres et des parcours de création qui n’est pas facile à circonscrire. Nous nous demandons d’ailleurs si l’ouvrage n’offre pas une vision déformée ou incomplète du champ littéraire d’expression française via un ordre des contributions qui n’est pas explicité. La logique alphabétique n’ayant pas été retenue, aucune information de l’éditeur ou des initiateurs du projet n’est disponible pour commenter le mode de constitution du recueil. Qui plus est, les contributions ne semblent pas toujours se répondre ou dialoguer entre elles. Cet effet « compilation » augmente la difficulté de synthèse et pose le problème de l’effet loupe sur certains types de discours. Nous avons constaté que les écrivains des régions ou pays autrefois colonisés par la France (Tahar Ben Jelloun, Maryse Condé, Ananda Devi, Édouard Glissant, Fabienne Kanor, Dany Laferrière, Alain Mabanckou, Anna Moï, Nimrod, Jean-Luc Raharimanana, Boulaem Sansal, Lyonel Trouillot, Gary Victor, Abdourahman A. Waberi) forment une majorité absolue. Les contributions de ces « voleurs de langue » [1] occupent les deux premiers tiers de l’ouvrage. Les écrivains ayant volontairement opté (pour différentes raisons) pour le français comme langue d’écriture (Eva Almassy, Chahdortt Djavann, Nancy Huston, Wajdi Mouawad, Esther Orner, Dai Sijie, Brina Svit) sont plutôt relégués en fin d’ouvrage – alors que ces contributions constituent des regards précieux sur une ligne d’horizon originale. Les écrivains issus des « vieux » pays francophones (Québec, Suisse, Belgique), assez peu représentés (Jacques Godbout, Michel Layaz, Grégoire Polet), semblent intercalés de manière arbitraire au milieu de tous les autres. La très faible présence des écrivains français (Jean Rouaud, Michel Le Bris, Patrick Raynal) est également dommageable.

Si l’ouvrage montre bien comment la langue et la littérature renvoient à des questions identitaires, notamment à travers le choix de la langue d’écriture ou de l’affirmation de littératures africaines d’expression française, il permet aussi de se rendre compte à quel point elles sont lieux de frottement entre deux logiques contradictoires : l’affirmation identitaire et la volonté de partage ou de dépassement de références étendues (transculturalité). Le concept même de littérature-monde tente, semble-t-il, de prendre en compte ces deux logiques qu’on retrouve d’ailleurs chez nombre d’écrivains étrangers. La deuxième logique n’est pas d’ailleurs sans nous ramener à la notion de littérature mondiale qui incluait déjà cette dimension. Car, finalement, Goethe parlait déjà de la venue d’un « temps de la littérature universelle » et de la nécessaire prise en compte des « services rendus par les nations étrangères ». Nous nous interrogeons également sur le fait de savoir si l’émergence d’une littérature-monde vient infirmer ou non la thèse d’Auerbach sur le risque simplificateur de l’émergence d’une littérature mondiale (hégémonie d’une seule culture littéraire voire de quelques langues littéraires). Il nous semble qu’au contraire l’émergence d’une littérature-monde en français vient fortement relativiser la littérature française entendue comme production nationale. En revanche, la notion de littérature-monde pourrait venir occulter la nécessité de certains pays à promouvoir leur littérature nationale ou de certains écrivains à participer à la construction (ou à la réconciliation) nationale. Concernant la consécration de quelques langues littéraires, Auerbach a peut-être davantage raison : quelques langues ont une diffusion mondiale (anglais, français, portugais, espagnol) et l’échange inégal qui caractérise le marché de la traduction pourra difficilement enrayer cette dynamique.

La faiblesse des propositions alternatives en matière de socio-économie du champ littéraire

Comme nous avons tenté de l’exprimer dans notre billet Pour une littérature-monde (1) : des voix pour un “désir-monde”, nombre de contributeurs avancent des arguments solides en faveur d’une réorganisation symbolique de la littérature d’expression française. Dans le même temps, aucun d’eux ne semble dupe des réalités socioéconomiques qui expliquent la persistance de l’ancien Centre. Toutefois, nous avouerons que nous sommes restés sur notre faim concernant les contributions abordant les alternatives en termes d’économie littéraire et de diffusion mondiale de la littérature de langue française. La question concrète du lectorat, particulièrement, brille par son absence. Nous aurions aimé que les écrivains s’expriment davantage sur ces questions. Par exemple, si A. Mabanckou dénonce tout à la fois le « phénomène de l’hégémonie parisienne » et la « responsabilité des écrivains venus d’ailleurs » [2], rien n’est dit sur les possibilités de mettre en œuvre un modèle différent. Le mode de la dénonciation, aussi intéressant soit-il, nous parait ici insuffisant. Nous pensons également à J. Godbout qui dénonce « la logique culturelle et marchande de la francophonie » [3]. Idem pour le mode de la reconnaissance présent chez certains contributeurs qui n’hésitent pas à rappeler que c’est en France qu’ont pu s’opérer le rapprochement des écrivains francophones et la mise en œuvre d’une pensée critique. La véritable question est de savoir comment faire pour que la littérature-monde rayonne véritablement auprès de différents lectorats du monde ‒ notamment étudiants et enseignants ‒ via des circuits de diffusion décentralisés. Pour reprendre les mots de A. A. Waberi, comment faire pour « hâter l’avènement de nouvelles manières d’appréhender et de commercer avec cette langue qui rendront caduques et le regard et les institutions encore actuels » [4] ? D’ailleurs, il nous semble que les images d’une institution littéraire française hégémonique ou d’un « appareil éditorial et critique » indifférent (J. Godbout toujours) seraient à relativiser sinon à préciser.

Seul Lyonel Trouillot s’intéresse vraiment à la question du lectorat : « Ce qu’il y a de plus intéressant dans cette notion de littérature-monde en français concerne moins la communauté des écrivains de langue française qu’elle ne concerne le lectorat francophone. (…) L’urgence, et elle est d’ordre politique, est d’amener aux lecteurs francophones des textes de tous ces lieux où l’on écrit en français, pour enrichir ce lectorat des problèmes de tous ces lieux, de leurs bonheurs aussi, et de ce qui, dans l’écriture, dépasse la condition immédiate, rapproche. Les littératures de langue française, soit la matière de l’écriture en français, doivent constituer un patrimoine pour l’ensemble du lectorat de langue française. » [5] La dimension politique est également présente dans l’apport de Nimrod : « La littérature africaine d’expression française serait déjà une grande émancipée si les pays africains existaient vraiment. (…) Si la langue est le premier des commerces humains, l’économie, dans toute l’étendue du terme, est son pendant. Cette dernière est donc appelée à la relayer efficacement. Un pays, ça existe économiquement. (…) Notre état recouvre une réalité inédite dans l’histoire mondiale : nous écrivons pour des pays qui n’existent pas encore, nous écrivons une littérature pour un lectorat national à venir… » [6] Et d’ajouter pour terminer : « En vérité, la France assure à notre égard un mécénat qui en vaut un autre. »

Sans s’intéresser au lectorat, G. Victor développe une critique socioéconomique plus approfondie, qu’il nous semble important de relayer ici : « Comment dépasser le pouvoir du Nord qui s’est bâti à la fois sur sa suprématie économique et sur son appropriation de tous les outils de communication, dont la principale résultante est justement l’aliénation culturelle de la périphérie qui arrive à ne plus fonctionner qu’en fonction de la demande et du regard du centre ? Comment dépasser la mondialisation qui n’est dans les faits que la mainmise d’un centre sur le monde (…) ? »  [7] Critique qui n’est pas exempte de pessimisme : « Le cas de la littérature dite francophone est le plus inquiétant. Tout passe ici par les grands circuits contrôlés par des monopoles alors qu’aucun pays dit francophone n’est en mesure de se créer à la fois un marché et une force symbolique permettant à ses créateurs d’entrer en compétition à armes plus moins égales. Le grand marché économique reste l’Hexagone mais ce marché ignore pour une grande partie les autres littératures (…). Même si on remarque de plus en plus une percée d’auteurs venant du Sud, il n’en reste pas moins que beaucoup d’entre eux ressemblent parfois à des créateurs qui acceptent de jouer le jeu des pouvoirs, qui acceptent d’être formatés. Leur authenticité est viciée. Et n’est-ce pas justement ce qui devrait faire l’essentiel du concept de littérature-monde : l’authenticité. »

La littérature-monde, une infinité de potentialités littéraires ?

Un écrivain a proposé une contribution littéraire très concrète sur laquelle nous souhaitons nous arrêter ici. Dans son atlas du monde [8], G. Polet délivre quelques éléments de sa conception d’un nouvel art du roman et de la fiction. Ici, la littérature-monde est véritablement l’expression d’un horizon littéraire. On se situe là assez loin de la problématique qui ouvre le recueil – bien qu’elle en soit aussi une forme de réponse. La littérature-monde selon G. Polet pourrait renvoyer à un « art compréhensif » qui « met des milliers de points en relation et qui explore les chemins que tous ces points reliés invitent à parcourir ». Bref, « un art d’explorer le monde, et un art de le montrer » en référence à Magellan et Mercator dans une double analogie à l’exploration et à la cartographie du monde. Ici, les propos de Polet font écho à ceux, plus politiques, des partisans d’une francophonie littéraire sans centre de pouvoir : « Le monde, un lieu de vie collective et simultanée, cela signifie simplement qu’il n’y a plus un centre, que tous les points sont le centre du monde. Et voici un point éminemment littéraire et romanesque. » Pour G. Polet, cela veut dire que le romancier doit s’atteler à la tâche de « créer des personnages, des peuples de personnages, des foules distribuées partout sur le monde (…), représenter l’espace habité par plusieurs en même temps ». Pour appuyer son propos, il donne des exemples anciens et nouveaux, tirés de la littérature et du cinéma, de « cette représentation de la simultanéité et de l’interdépendance (solidarité) des existences humaines ». « J’envisage mon travail romanesque comme la mise en scène d’un personnage collectif, d’existences et d’actions simultanées et interdépendantes », explique-t-il plus loin. D’ailleurs, G. Polet insiste sur une perspective non pas de « dénonciation » mais de « célébration » d’« une vie ensemble qui, à grande échelle, repousse à l’infini les conséquences de tout et place l’humanité, chaque fois, à l’aube de son devenir, à l’enfance de sa conscience d’elle-même (…) ». Un appel à une certaine forme de transsubjectivité est également présent chez cet écrivain : « La multitude et la circulation doivent prendre corps dans tous les romans, et dans les romans entre eux. » Avec G. Polet, qui invite les écrivains à user des raccourcis, de la perspective, du retour des personnages, le Nouveau Roman est bel et bien mort.

La contribution de G. Polet est stimulante car elle regarde devant et voit loin – vision littéraire qui a aussi le mérite de réunir écrivains et lecteurs : « L’art du roman est à l’aube d’une ambition nouvelle : donner le spectacle du monde entier dans son perpétuel mouvement présent et la perpétuelle liberté de son avenir, un spectacle qui dépasse les capacités de toute science et qui les comprend toutes, qui les rend visibles et les met en rapport, dans une fresque sans résumé dont le travail d’un romancier ne saurait constituer qu’un détail, et dont les œuvres de plusieurs romanciers, mises bout à bout et articulées par les lecteurs commenceront de représenter l’ampleur et les profondeurs, et l’innombrable émerveillement. » Une vision également riche en potentialités didactiques…

OM


[1] Expression empruntée au poète J. Rabemananjara (1959) et citée par J.-L. Raharimanana.
[2] A. Mabanckou (2007). « Le chant de l’oiseau migrateur ». Dans Pour une littérature-monde. Paris : Gallimard. pp. 54-66.
[3] J. Godbout (2007). « La question préalable ». Dans Pour une littérature-monde. Paris : Gallimard. pp. 103-111.
[4] A. A. Waberi (2007). « Écrivains en position d’entraver ». Dans Pour une littérature-monde. Paris : Gallimard. pp. 7-22.
[5] L. Trouillot (2007). « Langues, voyages et archipels ». Dans Pour une littérature-monde. Paris : Gallimard. pp. 197-204.
[6] Nimrod (2007). « La Nouvelle Chose Française. Pour une littérature décolonisée ». Dans Pour une littérature-monde. Paris : Gallimard. pp. 217-235.
[7] G. Victor (2007). « Littérature-monde ou liberté d’être ». Dans Pour une littérature-monde. Paris : Gallimard. pp. 315-320.
[8] G. Polet (2007). « L’atlas du monde ». Dans Pour une littérature-monde. Paris : Gallimard. pp. 125-134.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.