Montage de carnets

Ce carnet de thèse numérique se présente plus exactement sous la forme d’un montage de quatre carnets qui constituent autant de rubriques :

Le journal de bord présente une chronologie de toutes les activités – même les plus anodines – qui font le quotidien de la recherche : lectures, rencontres, décisions, interrogations, états seconds, prises de tête, prises de bec, pas de côté, sauts en avant, machines arrière, etc. Espérons que la vie le déborde.

Le carnet de lecture offre à lire un montage de citations introduites par ou suivies de commentaires. Il s’agit ici de relayer les temps forts du/des parcours de lectures mais aussi et surtout de partager l’expérience délicate du repérage des notions et de l’invention des problèmes. Nous souhaitons aussi que ce montage puisse donner une meilleure idée de la sédimentation du fond du problème… Dans tous les cas, il est à lire comme une quête de catégorisations toujours reconfigurables au regard d’une problématique irréductible à une formulation de départ.

Des notes tout-terrain rendent compte des rencontres, des journées d’études, des colloques, des séminaires, etc. – programme entre marathon et gymkhana qui fait de la thèse un parcours vivant sur un ou plusieurs terrains de recherche à bâtir. En vue de la construction de monographies (à agencer sous la forme d’un atlas des pratiques d’ateliers), ce second carnet de collecte est surtout appelé à accueillir les fruits d’observations et d’entretiens divers portant sur la conception et la conduite d’ateliers d’écriture ou de littératures dans les contextes suivants : classe de langue (dont Français Langue Étrangère), FLM, formation professionnelle.

Les prises de voix sont des esquisses de formulations, de titres, de sous-titres, de commentaires au souffle long. Prises de voix entendues aussi comme prises de risque en écriture qui rapprochent les formes de la thèse et de l’essai.  En espérant que notre recherche trouve son écriture et que nous puissions nous-mêmes faire entendre notre voix dans cette recherche : (re)prises mais aussi déprises de voix afin de garantir au discours un certain mouvement d’indépendance.

Bien entendu, nous invitons le lecteur à contribuer à cette recherche par l’intermédiaire des commentaires, retours critiques ou questions qu’il voudra bien nous adresser. Sur un plan méthodologique, il s’agit d’augmenter notre écoute en rendant visible et lisible le déploiement social de la thèse à travers la publication de certains échanges avec la communauté scientifique (directeur de thèse, collègues doctorants, étudiants en master, enseignants-chercheurs, membres du laboratoire DILTEC) mais aussi avec les professionnels du FLE ou d’autres champs intéressés par notre objet de recherche ou notre démarche.

Une réflexion au sujet de « Montage de carnets »

  1. Serge Martin

    Pour ceux qui seront vite convaincus par l’heuristique d’une telle méthode d’écriture quotidienne et multiple en recherche, très précisément exposée ici, avec les carnets de recherche et non le carnet, je me permets de renvoyer aux travaux de Bruno Latour et à la présentation qui en a été faite dans le séminaire que j’anime avec les étudiants de master 2 recherche du département de didactique du FLE et des langues du monde : http://arlap.hypotheses.org/2102

Laisser un commentaire