Archives de catégorie : 1 – Journal de bord

16/11/16 – Thèse sur les rails

Thèse sur les rails. Plan resserré (lui, c’est Dinqnesh003 – à l’origine une femme). Pendant ce temps-là, Amy002 se repose un peu (elle, c’est notre chère bibliographie). Première introduction en voie d’être bouclée. Écriture utile pour régler le boucan de la machine, opérer des choix, décider des zones à défendre. Donner un maximum d’élan à la recherche. Prise d’élan, prise de voix. Une introduction, c’est du triple saut. Retourner barboter dans le bac à sable. Fin de la pause-café. O. M.

10/07/16 – Ateliers de littératures en contexte de formation continue

paul-eluard-poesie-ininterrompue

Animerons du 25 juillet au 25 août 2016 quatre ateliers de lecture(s)-écriture(s) de quatre jours chacun au Centre for French Teaching and Documentation (C.F.T.D.) d’Enugu, Nigeria, à destination des formateurs de français des Colleges of Education (écoles de professorat). Un « grand atelier » et des workshops additionnels pour questionner le continu des activités langagières (lire, écrire, traduire, parler, jouer, enseigner, apprendre en langue étrangère). Autant d’ateliers avec des œuvres de langage et de culture exemplaires pour (faire) entendre sa voix en expérimentant des modalités de travail individuel et collectif trop rarement présentes dans la formation initiale et continue des professeurs de français au Nigeria.

Stages organisés par la coopération franco-nigériane dans le cadre du projet « Appui à l’enseignement du français dans les établissements supérieurs » (2015-2017), composante formation initiale. Environ 90 formateurs venant de 13 États des zones Sud-Est et Sud-Sud seront accueillis.

Bibliographie et parcours de ces ateliers bientôt en ligne. Compte-rendu à lire à la rentrée (septembre) sur ATELIT !

OM

25/03/16 – Des ateliers et des langues

Ajouté une nouvelle catégorie de liensDes ateliers et des langues – pour commencer à borner notre atlas d’expériences d’ateliers avec des participants en situation d’appropriation du français ou d’autres langues dites étrangères du point de vue didactique.

Ne pas hésiter à me signaler des expériences, des sites, des ouvrages. Merci par avance !

OM

17/01/2016 – ÉCRIRE DES RÉCITS DE NOS LECTURES

La note de lecture est parfois volumineuse – quand elle est éprise du livre choisi. Elle peut être descriptive, intéressée ou querelleuse. Un montage de citations vaut une critique qui vaut une dispute. La note ambitieuse peut relier plusieurs livres à la fois, les relire en même temps, les surprendre séparément. En lecture aussi on cherche parfois la note bleue. Mais la note parfaite n’existe pas : on lit et on écrit d’abord pour soi, pour une recherche qu’on veut sienne. Alors la note de lecture prendra toutes les formes qu’on voudra bien lui donner.

La note de lecture est une chronique, une première écriture, une première phrase tendue au-dessus du livre choisi. Une parole à la fois de documentation et de décantation. Qui aide à construire le continu de la recherche – ce qu’on cherche dans les livres, entre les livres, ce sont des continus qui roulent pour nous.

La note de lecture prépare également la suite. Elle aidera plus tard à l’écriture de la thèse. Car la note de lecture est un premier essai, une prise d’élan de toutes les écritures vives à suivre : quand la rédaction de la thèse sera un ensemble de gestes vifs – gestes de disposition, de composition, de dépossession de notes éparses mêlant récits de lectures, dialogues du dehors et reprises de voix.

Écrire des récits de nos lectures, voilà ce qu’il faudrait faire du mieux qu’on peut.

En attendant la suite…

09/01/2016 – SEASON’S GREETINGS

Souhaitons une bonne année 2016 à tous les lecteurs réguliers d’ATELIT, carnet de thèse numérique que nous aimerions davantage carrefour de voix !

Rappelons que chacun peut contribuer à l’activité de ce carnet de recherche. Apports critiques, conseils de lectures, compte-rendus d’expériences bienvenus. Les ateliers de littératures sont si divers !

N’hésitez pas à donner de la voix via les liens situés au bas des billets ou des pages.

OM

27/12/15 – APPEL POUR UNE EXPÉRIENCE AVEC LES ATELIERS (2 JOURNÉES D’ÉTUDE)

APPRENDRE 

DES ATELIERS

Construire le continu des expériences

de recherche, d’enseignement et de création

Une expérience en Sorbonne nouvelle les 29 et 30 avril 2016

Collectif ateliers (DILTEC et THALIM, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) : Carla Campos Cascales (doct.), Charlotte Guennoc (doct.), Serge Martin (pr.), Melissa Melodias (doct.), Olivier Mouginot (doct.).

De plus en plus présent comme dispositif dans les espaces scolaires aussi bien qu’extrascolaires, l’« atelier » et ses corollaires (workshop, studio, laboratoire, séminaire, etc.) semblent proposer une alternative aux modes figés par lesquels se prodiguent des enseignements sous la forme d’un public assis face à un expert de la maîtrise. L’éducation nationale introduit dans ses programmes des ateliers pour les élèves en situation de « décrochage scolaire » qui par leur grande « souplesse » devrait les réintroduire dans ses situations d’enseignements plus classiques (classes, cours) [1] ; depuis longtemps déjà, les ateliers d’écriture se proposent comme des lieux où place est faite naturellement à une créativité qui ferait de tous des écrivants si ce n’est des écrivains ; de nombreux chercheurs s’organisent en « ateliers » au sein des laboratoires pour que la recherche associe tous ses acteurs jusqu’au « terrain » ; les artistes plasticiens ou musiciens ouvrent leurs ateliers en offrant à l’amateur autre chose que la seule vue du produit fini dans la galerie, le musée ou la salle de spectacle, lesquels accueillent souvent l’atelier lui-même sous forme d’installation ; etc. Se proposant toujours comme des ouvertures à des situations présentées « stables », ces espaces d’emblée accueillants portent en eux la marque de la participation et donc de la sociabilité et promeuvent des associations inédites entre l’enseignement, la recherche et la création.

Si l’utilisation massive de ce mot est relativement récente, son existence ne l’est pas. Depuis des siècles l’atelier désigne cet endroit où « la matière se transforme en objet finalisé, lieu privilégié où la nature passe dans la culture ; son périmètre constitue un seuil : il marque les bornes du groupe par rapport à tout ce qui lui est extérieur ; hors de l’atelier et avant lui, il n’y a que nature brute, inerte, amorphe et inintelligible ; à la sortie de l’atelier, le bois, la pierre, le métal, la terre sont devenus œuvres de culture, valeurs d’usage, objets esthétiques. [2] » L’atelier est donc avant tout un moyen de transformation si ce n’est d’invention. Mais en tant que lieu défini dans un contexte précis il engage des subjectivations qui sont prises dans une historicité. La question qui se pose à nous aujourd’hui est celle des possibilités de reconfiguration et de dépassement du cadre dans lequel il existe : « L’atelier visible et matériel a beaucoup changé. Lieu de travail, il l’est toujours, mais son espace est celui de la pensée elle-même. L’histoire de l’atelier réel correspond à la longue genèse d’un atelier imaginaire, et met en lumière ce qu’il a toujours été, périmètre mental et matériel indéfini du travail dans son ‘faire’ le plus essentiel : le jeu cosmogonique.[3] » Est-ce que l’accent mis davantage sur le cheminement que sur le résultat des activités offre à l’atelier l’engagement de processus de subjectivation ouvrant à des inventions individuelles et collectives tant dans l’ordre des apprentissages que dans celui des autres constructions sociales et personnelles ? Il semble que poser le caractère « privilégié » ou « nouveau » de l’atelier par rapport à des formes plus classiques d’échange ou d’apprentissage oblige d’abord à observer ce que l’on appelle « ateliers » et ce qui s’y fait à chaque fois spécifiquement. Pierre Michel Menger se demandait s’il fallait « élargir la définition de l’atelier à la somme des lieux de travail, éphémères, récurrents, alternatifs, qui sont mobilisés par une variété grandissante d’intervenants dans le processus créateur ? [4] » Si l’on tient toujours compte des parcours expérientiels, alors penser la classe, le cours, le séminaire, la réunion de travail ou tout autre lieu d’apprentissage mais aussi de recherche et ou de création comme atelier pourrait nous permettre de penser, au plus près des expériences pratiques et théoriques, de tels dispositifs comme lieux et moments d’écoute d’expériences associées, du point de vue des subjectivations qu’ils engagent.

Nous nous proposons de réunir au cours de deux journées au cœur de l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3, des personnes engagées dans des expériences d’enseignement, de recherche et de création – en augmentant les porosités entre ces trois domaines et en évitant tout ce qui les rend étanches –, pour apprendre (voire désapprendre) des ateliers et donc pour penser la pratique en pratiquant la pensée, pour penser les ateliers en faisant atelier, à la croisée d’une pluralité d’expériences partageables sans les rendre pour autant homogènes. Tous les participants devront donc faire et penser ateliers pour que la théorie et la pratique des ateliers ne s’arrêtent à aucun découpage disciplinaire, méthodologique voire même épistémologique car l’enjeu de cette expérience de deux jours est d’associer pour spécifier, d’essayer pour intensifier, de partager pour transformer…

Pour nous, les enjeux sont très précisément de ne pas se contenter d’ajouter des « ateliers » aux dispositifs institutionnels mais de situer les « ateliers » au cœur de ces dispositifs ; de penser les productions comme des processus, tant du côté de l’enseignement que de l’apprentissage, de la recherche que de la création artistique, c’est-à-dire d’intégrer au cœur des dispositifs des leviers critiques et réflexifs qui défont les stases évaluatives et les définitions telles que celles de niveaux, de publics, de disciplines (y compris sous l’angle des trans-, inter- voire indiscipline)… Il s’agirait en fin de compte de toujours rappeler la force des expériences dont on peut augmenter l’écoute, la criticité, la créativité, l’associativité, dans un même mouvement, celui d’un rythme et d’une relation de voix et de sujets.

Les deux journées se dérouleront selon trois types de lieux-moments : des groupes de création-réflexion ; des forums de controverse-conversation ; des rassemblements de partage-manifestation. Ni colloque, ni spectacle, cette expérience d’ateliers voudrait cependant offrir et demander à ses participants de continuer ce qui les pousse à enseigner, chercher, créer dans un même mouvement d’apprendre et de vivre. Chacun viendra donc à sa manière apprendre des ateliers pour les vivre avec tous.

On pourra suivre l’actualité de la préparation et le suivi de cette expérience sur le carnet de recherche REDILA (Réseau de recherche pour une didactique des langues avec les littératures et les arts) à l’onglet suivant : http://redila.hypotheses.org/category/atelier

Toute personne (ou tout groupe de personnes) intéressée devra s’inscrire avant le 1er février 2016 en renvoyant une proposition d’une page (avec au moins les indications ci-dessous) à carlacamposcascales@gmail.com ou à serge.martin@univ-paris3.fr

Nom et Prénom ; coordonnées précises (institutionnelles, associatives, personnelles…) ; proposition d’atelier (indiquer les modalités concrètes et le matériel nécessaire) ; références bibliographiques et autres…

Liste des personnes susceptibles de participer à cette expérience :

Claire Diterzi, chanteuse ; Boris Charmatz, danseur ; Hubert Haddad, écrivain ; Charles Pennequin, poète-performeur ; Simone Strickner, cours Florent ; Edith Azam, poète et performeuse ; Françoise Delorme, potière et poète ; Patrick Laupin, poète ; Tatiana Levy, professeure en école d’art ; Jean-Marc Ramos Sabaté, pédagogue ; Magali Brunel, universitaire ; Gérard Noiret, poète ; Compagnie Lubat, jazzmen ; Laurence Maurel, lithographe ; Arnaud Rykner, écrivain et universitaire ; Patrick Bastardoz, peintre ; Jan-Joël Colin, comédien ; Philippe Hamon, universitaire ; Serge Tranvouez, acteur ; Anne-Marie Petitjean, universitaire ; Hubert Camus, écrivain ; Yannick Torlini, performeur ; Armand Dupuy, instituteur et créateur de livres d’artistes ; Yann Miralles, professeur de collège et poète ; Leela Alaniz, danseuse ; Ettore Labbate, traducteur, poète et performeur ; Marie Fabre, traductrice ; Jean-Marie Seillan, universitaire ; Vincent Berry, joueur vidéo ; Diego Vecchio, atelier d’écriture en langues étrangères ; Adèle Godefroy, enseignante et photographe ; Frédérique Cosnier, enseignante et performeuse ; Marion Sénat, doctorante ; Ariane Dreyfus, poète ; Patrick Fontana, animateur-artiste ; James William Underhill, universitaire ; Sun Nyeo Kim, doctorante et beaucoup d’autres…

[1] http://eduscol.education.fr/pid23264/dispositifs-relais.html – consulté le 19 octobre 2015.

[2] Marie José Mondzain-Baudinet, « Atelier », Encylopaedia Universalis, nº 3, Paris, 2008, p. 317.

[3] Ibid., p. 321-322

[4] Pierre-Michel Menger dans « Enquête sur l’atelier : histoire fonctions, transformations », in L’atelier, revue Perspective, la revue de l’INHA, n°1/2014, p. 35

En haut de page, une oeuvre d’Armand Dupuy.